Construction Navale
Ponant : la coque du Commandant Charcot va passer à Saint-Nazaire
ABONNÉS

Actualité

Ponant : la coque du Commandant Charcot va passer à Saint-Nazaire

Construction Navale
Croisières et Voyages
Vie Portuaire

Le chantier Vard de Tulcea, en Roumanie, est en train d’achever l’assemblage du paquebot brise-glace commandé par la compagnie française Ponant. Le Commandant Charcot, dont la construction a débuté en novembre 2018, va être mis à l’eau dans les toutes prochaines semaines. Sa coque sera ensuite remorquée vers l’un des chantiers norvégiens de Vard, celui de Søviknes, où son armement sera achevé en vue d’une mise en service en mai 2021. Mais avant de rejoindre la Norvège, la coque va s’arrêter à Saint-Nazaire, a appris la rédaction de Mer et Marine. Elle va être mise au sec dans la forme Joubert, où seront installés les deux pods  du navire. Fournis par le groupe helvético-suédois ABB, ces moteurs électriques placés dans des nacelles orientales à la poupe sont du type Azipod VI, d’une puissance unitaire de 17 MW avec chacun une hélice de 6 mètres de diamètre. Une opération qui nécessite une forme de radoub aux caractéristiques spécifiques et ne pouvait être réalisée en Roumanie ou en Norvège. 

 

Azipod VI (© ABB)

Azipod VI (© ABB)

Deux pods, ici à la poupe du paquebot Costa Smeralda (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Deux pods, ici à la poupe du paquebot Costa Smeralda (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Deux pods arrivés le 6 mars à Saint-Nazaire (© MER ET MARINE)

Deux pods arrivés le 6 mars à Saint-Nazaire (© MER ET MARINE)

 

Selon nos informations, la mise en cale sèche du Commandant Charcot à Saint-Nazaire devrait intervenir à partir de la mi-avril, la date exacte dépendant évidemment de la météo qui peut influer sur le transit du convoi depuis la mer Noire. La coque sera tractée jusque dans l’estuaire de la Loire par un remorqueur hauturier, puis prise en charge par les unités nazairiennes de Boluda pour son entrée dans le chenal et son positionnement dans la forme Joubert. Pas moins de quatre remorqueurs portuaires devraient être mobilisés puisque Le Commandant Charcot est pour le moment dépourvu de propulsion opérationnelle. L’opération d’installation des pods devrait prendre un peu plus d’une semaine et sera sans doute conduite par la société Clemessy Services, spécialisée notamment dans la réparation navale et les arrêts techniques de navires à Saint-Nazaire.

Long de 150 mètres pour 28 mètres de large et une jauge d’environ 30.000 GT, Le Commandant Charcot sera capable de s’enfoncer au cœur des zones polaires de l’Arctique et de l’Antarctique, dans des zones encore inaccessibles aux croisières d'expédition. Répondant à la norme Polar Code 2, ses capacités seront supérieures à celles de la plupart des brise-glace commerciaux, à l’exception notamment des nouveaux navires russes à propulsion nucléaire. Le bateau de Ponant pourra briser une épaisseur de glace allant jusqu’à 2.5 mètres et des crêtes de compression (amoncellement au fil du temps de blocs de glace sous et au-dessus de la banquise) de plus de 10 mètres. Sa propulsion fonctionnera au gaz naturel liquéfié (GNL), ce qui permettra de réduire sensiblement, voire d’éliminer pour certains produits, les émissions polluantes (SOx, NOx, particules fines et CO2). Des batteries permettront de plus de pouvoir stopper les moteurs et fonctionner en tout électrique, sans aucun rejet, pendant plusieurs heures. 

D’une valeur de 270 millions d’euros, Le Commandant Charcot sera le plus gros navire de Ponant. Il sera doté de 135 cabines, soit une capacité de 270 passagers, servis par 187 membres d’équipage. Il embarquera deux hélicoptères, des semi-rigides et proposera également des excursions en aéroglisseur et mongolfière. 

 

Port de Nantes Saint-Nazaire Compagnie du Ponant