Croisières et Voyages
Ponant : solutions trouvées pour rapatrier les passagers encore présents sur quatre navires

Actualité

Ponant : solutions trouvées pour rapatrier les passagers encore présents sur quatre navires

Article gratuit
Croisières et Voyages

La compagnie de croisière française a trouvé des solutions pour rapatrier les 918 passagers, dont environ 400 Français, encore présents sur quatre de ses navires. Ceux du Dumont d’Urville, qui a rejoint Fort-de-France (Martinique), doivent être débarqués samedi 21 mars et conduits en convoi sécurisé par les autorités françaises vers l’aéroport afin de rentrer chez eux. Idem pour Le Soléal qui se trouve à Papeete (Tahiti) et dont les passagers doivent débarquer le 24. « Nous avons travaillé ces derniers jours en étroite collaboration avec les services diplomatiques de toutes les nationalités de passagers présents à bord afin de trouver des solutions dans un contexte très compliqué marqué par des fermetures de frontières et de réduction du trafic aérien. Pour le Dumont d’Urville et Le Soléal, tous les vols et transferts sont sécurisés pour 100% de nos clients », explique-t-on ce vendredi midi chez Ponant, qui travaille notamment avec Air France et Air Tahiti Nui.

L’Austral et Le Boréal en route vers Rio

Concernant Le Boréal et L’Austral, qui posaient le plus de problèmes puisque achevant leur saison en Antarctique et donc positionnés au sud de l’Amérique latine, une solution a là aussi été trouvée. « Ils sont en route pour Rio de Janeiro et nous sommes en train de finaliser les plans de rapatriement ». L’Austral devrait débarquer ses passagers dans le port brésilien ce samedi 21 mars en vue de leur transfert à l’aéroport alors que Le Boréal est attendu à Rio le 26, après avoir effectué une escale technique ce week-end à Montevideo. Il y passera dans le port uruguayen essentiellement pour compléter ses soutes à combustible, même si la compagnie s’est assurée en cas de besoin de pouvoir charger du carburant à Rio. « C’est un complément au cas où, mais nous n’avons et c’est une bonne nouvelle aucun problème d’avitaillement sur nos navires, que ce soit en nourriture ou en combustible ».

Un millier de marins et personnels hôteliers

Une fois les passagers débarqués, il conviendra ensuite de s’occuper des équipages, soit un millier de marins et personnels hôteliers sur toute la flotte, qu’il s’agisse des navires ayant encore des passagers ou de ceux qui sont déjà à vide. « C’est une question extrêmement importante sur laquelle nous sommes mobilisés. Là aussi, il faut composer avec les fermetures de frontières et nous travaillons également avec les ambassades sur le sujet pour permettre à nos personnels de regagner leur foyer le plus tôt possible. Sachant que certains souhaitent aussi rester à bord ».

« Aucun cas de coronavirus ni de suspicion »

Chose importante, on confirme chez Ponant qu’ « il n’y a à bord de l’ensemble de nos navires aucun cas de coronavirus ni de suspicion» d’infection.  « Il n’y a pas de problème de fièvre et de tous et, plus on avance, plus on est serein puisque la plupart de nos navires ont passé la période de quatorzaine ».

Que vont devenir les navires ?

Pour la suite, le repositionnement des navires dépendra de l’évolution de la situation et des possibilités de déplacement dans les semaines à venir. « La priorité est d’abord de rapatrier nos passagers et membres d’équipage. Les navires, pour le moment, vont rester où ils sont. Mais qu’elles que soient les options qui seront retenues, nous garderons sur chaque navire un équipage minimal d’une cinquantaine de personnes ».

En dehors des navires déjà cités, Le Lyrial, en provenance d’Ushuaia, est arrivé le 16 mars au Cap, en Afrique du sud. Le Lapérouse est en Australie, Le Bougainville aux Seychelles et Le Champlain en Martinique avec le Dumont d’Urville. Quant au voilier Le Ponant, il n’est pour mémoire pas en activité, sa refonte ayant débuté au mois d’octobre à Gênes.

Compagnie du Ponant