Croisières et Voyages
Ponant va reprendre Paul Gauguin Cruise

Actualité

Ponant va reprendre Paul Gauguin Cruise

Croisières et Voyages

(Article initialement publié le 8 août)  Filiale d’Artemis, la holding de la famille Pinault, Ponant a officialisé le 8 août son projet de reprise de la compagnie Paul Gauguin Cruises. Fondée en 1998, celle-ci a d’abord appartenu à Radisson Seven Seas (devenu en 2006 Regent Seven Seas Cruises), qui l’a vendue en 2010 à une autre société américaine, Beachcomber Croisieres. PGC exploite depuis ses débuts un petit paquebot de luxe, le Paul Gauguin, navire de 153 mètres et 19.200 GT de jauge, pouvant accueillir 332 passagers servis par 215 membres d’équipage. Essentiellement dédié aux croisières dans les archipels de la Polynésie française, il est sorti en 1997 des chantiers de Saint-Nazaire. Construit sous le régime des quirats, Il battait alors pavillon français, et bénéficiait d’ailleurs comme les navires de Ponant (et les Club Med) des mêmes avantages fiscaux en étant immatriculé à Mata Utu (Wallis et Futuna). Mais il a été repavillonné aux Bahamas il y a une quinzaine d’années.

En 2012, alors que la concurrence se faisait plus forte sur le marché polynésien, PGC avait tenté de se diversifier en rachetant l’un des premiers navires de Ponant, Le Levant (100 mètres, 90 passagers, 1998), devenu Tere Moana et destiné à des itinéraires en Méditerranée, aux Caraïbes et en Amérique latine. Mais l’expérience ne fut pas concluante et PGC se sépara dès 2016 de ce navire, revendu à Grand Circle Travel.

La compagnie s’était alors recentrée sur son unique paquebot et son cœur de métier, la Polynésie, où la concurrence a continué de croître.

Son intégration à Ponant va lui permettre de rompre un certain isolement tout en espérant profiter de la clientèle en pleine expansion de la compagnie française pour vendre ses croisières sur le Paul Gauguin. Le nouveau propriétaire aura aussi les moyens de prévoir le remplacement de ce petit paquebot, qui a été rénové et demeure à un standard très élevé, mais a déjà 22 ans de service en eaux chaudes. On peut au passage se demander s’il ne repassera pas sous registre Wallis et Futuna, où toute la flotte de Ponant est immatriculée. Quant à l’armateur français, qui va passer grâce aux investissements consentis par Artemis de 5 à 12 bateaux d’ici 2021 (6 navires d’expédition de la classe Explorer dont 4 déjà livrés et le paquebot brise-glace Commandant Charcot), il enrichit avec PGC son panel d’itinéraires avec une destination très prisée et un produit reconnu. On ne sait pas encore si ce rachat entrainera une réorganisation éventuelle au sein de la flotte. Mais selon l’armateur français, ce rachat, qui doit selon lui être conclu « prochainement », n’entrainera en tous cas pas la disparition de la marque Paul Gauguin : « Dans le cadre de cette acquisition, les deux compagnies conservent leur identité propre. Les structures en place aux États-Unis ne sont pas modifiées : Diane Moore, directrice générale des Croisières Paul Gauguin continuera de piloter son équipe à Seattle », précise l’armateur français.

Compagnie du Ponant