Vie Portuaire
Port Atlantique : Les sites nantais se portent bien

Actualité

Port Atlantique : Les sites nantais se portent bien

Vie Portuaire

Il y a quarante ans, Nantes et Saint-Nazaire assistaient, avec la création d'un port autonome commun, à la fin d'une concurrence devenue néfaste entre les deux ports de l'estuaire de la Loire. Malgré le glissement des activités vers l'aval, Nantes, berceau historique de l'économie maritime ligérienne, continue d'afficher de bons résultats. Même avec la fermeture, il y a un an, du quai Wilson, ultime site portuaire du centre ville, les autres pôles nantais ont réalisé, de janvier à octobre, un trafic de 3 millions de tonnes, soit 11% de mieux que sur la même période, en 2005. A lui seul, le terminal de Cheviré affiche 402.000 tonnes sur les dix premiers mois de l'année. La fin de l'été a été particulièrement propice aux trafics de bois et produits forestiers sur la place de négoce. Du 28 août au 6 septembre, notamment, pas mois de sept navires se sont succédés, déchargeant 29.000 m3 de bois sciés, grumes, contre-plaqués et bois de déroulage. A cette occasion, l'armement Fabremar réalisait sa première escale, à Cheviré, avec le Nayana Naree, en provenance du Gabon.

« Plus que Brest et Lorient »

Sur la même période, Donges a réalisé 13 millions de tonnes, Montoir 12 millions de tonnes et Saint-Nazaire 424.000 tonnes. L'ensemble des sites en aval concentrent désormais 90% du trafic total de Nantes Saint-Nazaire, qui s'est élevé à 34.5 millions de tonnes en 2005. Toutefois, pour François Marendet, directeur du port, quatre décennies sous le régime du port autonome n'ont pas tué l'activité en amont : « La création du port autonome n'a pas nuit aux sites nantais, qui disposent de filières à haute valeur ajoutée et dont le tonnage n'est pas décroissant et reste significatif. Il faut d'ailleurs rappeler que 3.5 millions de tonnes par an, c'est plus que le tonnage des ports de Brest ou de Lorient ». Outre le bois, les engrais et les céréales, Nantes devrait voir se développer, dans les prochaines années, une nouvelle filière, dédiée au retraitement des déchets industriels, comme les vieux pneus ou les anciens appareils électroménagers. Le futur trafic généré par ce marché est estimé, selon le port, à quelques 500.000 tonnes par an.

Port de Nantes Saint-Nazaire