Vie Portuaire
Port de Bordeaux : MSC développe le train et stoppe le maritime

Actualité

Port de Bordeaux : MSC développe le train et stoppe le maritime

Vie Portuaire

C’est un coup de tonnerre dans le milieu maritime bordelais. Mediterranean Shipping Company est en passe d’arrêter son service maritime pour le remplacer par une liaison ferroviaire renforcée. Dans un communiqué du 3 juillet, l'armateur suisse indique qu’il va muscler son service ferroviaire entre Bordeaux et les ports du Havre et de Fos-sur-Mer. Depuis janvier, des trains MSC effectuent déjà des liaisons avec le port normand et celui des Bouches-du-Rhône, à raison de deux par semaine. Chaque train offre une capacité de 36 conteneurs (EVP). À partir de lundi prochain, ces deux lignes doivent devenir quotidiennes.

 

Un train MSC faisant la liaison Bordeaux / Fos-sur-Mer (© EMMANUEL BONICI)

Un train MSC faisant la liaison Bordeaux / Fos-sur-Mer (© EMMANUEL BONICI)

 

MSC indique que ces liaisons ferroviaires renforcées doivent remplacer à la mi-juillet le service maritime existant. Il s’agit d’une liaison feeder hebdomadaire entre Bordeaux et Anvers. Aujourd’hui les déchargements se font au terminal de Bassens, du fait de l’ouverture toujours repoussée du Terminal à Conteneurs du Sud-Ouest (TCSO) situé au Verdon.

Trois députés sollicitent le Premier ministre

Hier, les députés LREM, Dominique David (Bordeaux), Benoît Simian (Medoc) et Sophie Panonacle (Bassin d’Arcachon et responsable de la Team Maritime à l’Assemblée nationale) ont adressé une lettre au Premier ministre Édouard Philippe pour demander l’organisation d’une réunion d’urgence à Matignon sur l’avenir du Grand Port Maritime de Bordeaux. Ils expliquent :

« Cette énième mauvaise nouvelle fragilise un peu plus la situation économique et le devenir du GPMB. Cette décision entraînera, pour celui-ci, une perte de la moitié de son trafic de conteneurs, soit 7% de son activité globale. Plusieurs dizaines d’emplois sont par ailleurs directement menacées.

Ce choix est justifié par l’armateur en raison de plusieurs facteurs bien connus, portant notamment sur la faiblesse des investissements attendus de la part de Bordeaux Port Atlantique. De plus, Bordeaux Atlantique Terminal, en charge de la manutention verticale est depuis le 30 mai dernier en redressement judiciaire.

Ce dernier épisode illustre, une nouvelle fois, après les difficultés juridiques rencontrées sur le terminal du Verdon depuis 2013, l’impérieuse nécessité d’une mobilisation des acteurs publics et privés. »

Les parlementaires souhaitent associer à la discussion les représentants des collectivités locales et des acteurs économiques concernés.

Port de Bordeaux MSC Port du Havre Port de Marseille