Disp POPIN non abonne!
Vie Portuaire

Actualité

Port de Sète : Un projet de pilotine électrique

Vie Portuaire

C’est un projet lancé il y a deux ans qui entre dans sa dernière ligne droite. La station de pilotage de Sète va bientôt voir l'une de ses embarcations transformée. La propulsion conventionnelle sera remplacée par une solution électrique. C’est la société MGH qui développe la technologie et supervise la rétrofitage. Le projet est appelé Green Pilot et rassemble - outre la start-up MGH - la Région Occitanie, Port Sud de France (gestionnaire du port de Sète), les stations de pilotage de Sète et de Marseille-Fos. Se greffe en plus, en partenariat, l'entreprise Electric Motion et le bureau d’étude Mauric. Le projet a récemment été primé lors des 8èmes Assises du port du futur.

 

La Maguelonne (© MICHEL FLOCH)

La Maguelonne (© MICHEL FLOCH)

 

La pilotine en question est la Maguelonne, à l’origine une vedette de secours de 12 mètres construite en 1980. Elle doit être équipée d’un moteur électrique et d’un pack de batteries lui permettant de remplir ses missions. Les travaux doivent commencer à la fin de l’année et pourraient être conduits sur le site industriel de la Station de pilotage de Marseille-Fos. Le retour en mer est prévu l’an prochain. Le bateau sera alors devenu un vrai prototype et sera testé pendant plusieurs mois par les équipages sétois. MGH, une start-up s’intéressant aux énergies marines et aux solutions électriques pour le secteur maritime, souhaite développer un nouveau marché, celui de l’électrification des petites unités. De leur côté, le port et la région veulent créer une dynamique autour de l’électrique et ainsi améliorer l’impact environnemental des activités marines à Sète. Cette propulsion a en effet l’avantage de réduire considérablement le bruit et de supprimer les gaz d’échappement. Pour le port héraultais, contigu au centre-ville, cela devient une nécessité.

L’objectif premier de Green Pilot sera de démontrer la faisabilité d’un bateau électrique de petite taille. La pilotine doit être endurante, fiable, puissante et rapide. Il faut aussi que sa mise en œuvre ne soit pas pénalisante. Pour se recharger, la Maguelonne bénéficiera d’un branchement quai, dont la construction va être assurée par le port de Sète. Un équipement de près de 100.000 euros dont l’emplacement exact n’est pas encore défini. Deux options sont sur la table : la station de pilotage ou le quai du Maroc. La puissance disponible sera de 100kW et doit permettre un rechargement complet en 2 heures.

 

Port de Sète Propulsion - motorisation