Marine Marchande
Port-Revel : 50 ans de manoeuvres et de haute technologie

Reportage

Port-Revel : 50 ans de manoeuvres et de haute technologie

Marine Marchande

C’est un endroit au milieu des collines de l’Isère, à quelques encâblures du palais idéal du facteur Cheval, quelque part au milieu de la forêt, tout au bout d’une toute petite route pas vraiment goudronnée. Un lac et un relais de chasse du XVIIIème siècle, des chevreuils et des vieux noisetiers. Un joli coin de campagne française, très loin de la mer et que pourtant, les pilotes du Mississipi ou les commandants des méthaniers brise-glace russes évoquent volontiers avec des étoiles dans les yeux. Un endroit où on peut grâce à une flotte de maquettes au 1/25 ème reproduisant à la perfection leurs navires, s’entraîner à accoster, décoster, affourcher, entrer dans les écluses du canal de Panama, remonter celui de Suez ou affronter des courants devant Port-Arthur.

 

(DROITS RESERVES)

(DROITS RESERVES)

 

(DROITS RESERVES)

(DROITS RESERVES)

 

Depuis 50 ans, Port-Revel accueille des marins dans ce cadre champêtre, loin des ports et odeurs de gas-oil. « Ici, le téléphone portable ne passe pas. Mais cela fait partie de l’expérience pour nos stagiaires. On va les chercher à Lyon, on les installe dans l’hôtel voisin et pendant cinq jours, on leur offre un stage d’orfèvrerie de la manœuvre ». François Mayor est un ancien de la Royale. Après avoir navigué sur presque tous les types de bateaux gris et travaillé dans la formation et l’entraînement à Toulon, il dirige le centre de Port-Revel depuis fin 2015. « J’avais un tropisme assez prononcé pour le monde de la marine marchande. Travailler au contact de marins avec un outil aussi perfectionné que Port-Revel, le tout avec une indépendance d’action remarquable… je n’ai pas hésité longtemps ».

 

François Mayor, directeur de Port-Revel (MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

François Mayor, directeur de Port-Revel (MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 

Alors le marin a jeté l’ancre dans la région grenobloise. Mais pourquoi Grenoble ? Pourquoi ce centre ultra pointu en technique de navigation, en manœuvre et en hydrographie se trouve-t-il ici ? C’est précisément l’hydrographie qui en est la raison. Ou plutôt la société grenobloise d’études et d’application hydraulique, dite Sogreah. En 1952, la compagnie pétrolière Esso vient trouver ses ingénieurs

Divers marine marchande