Défense
Porte-avions Charles de Gaulle : 35 appareils à bord

Actualité

Porte-avions Charles de Gaulle : 35 appareils à bord

Défense

A l’occasion de l’exercice FANAL avec l’ensemble du groupe aéronaval, le porte-avions Charles de Gaulle signe un nouveau record. Pas moins de 35 appareils, dont 30 Rafale Marine, étaient présents à bord et, à l’occasion d’un « photex », tous alignés sur le pont d’envol. Seul l’un des deux Dauphin Pedro du groupe aérien embarqué, celui à partir duquel les images ont été prises, ne figure pas sur ces clichés. En plus des deux Pedro de la flottille 35F et des 30 Rafale Marine des 11F, 12F et 17F, il y a là deux avions de guet aérien E-2C Hawkeye de la 4F, ainsi qu’un troisième hélicoptère, en l’occurrence un Caïman Marine de la 31F ou de la 33F.

 

(© MARINE NATIONALE)

(© MARINE NATIONALE)

 

C’est la première fois que le Charles de Gaulle embarque autant de Rafale Marine, son précédent record en la matière remontant à son dernier déploiement, fin 2016. Suite au retrait du service des anciens Super Etendard l’été précédent, il était parti en Méditerranée orientale avec une chasse embarquée constituée uniquement de Rafale, soit en tout 24 appareils, équivalent à deux flottilles.

Ce premier déploiement « tout Rafale » avait confirmé la capacité du bâtiment à opérer sans problème autant d’avions de ce type. Les marins étaient alors convaincus que le GAé pourrait si besoin monter à 30 Rafale et même aller au-delà, notamment suite aux aménagements effectués au cours de la refonte dont vient de bénéficier le porte-avions français. C’est désormais chose faite et l’embarquement d’un tel Gaé, qui dispose encore de marges de manœuvre pour loger quelques appareils supplémentaires, confirme au passage la bonne conception des installations aéronautiques du Charles de Gaulle, imaginé à l’origine pour pouvoir mettre en œuvre jusqu’à 40 appareils.

En plus du porte-avions et son GAé, le groupe aéronaval sera comme à son habitude composé de bâtiments d’escorte, d’un ravitailleur et d’un sous-marin nucléaire d’attaque. La frégate de défense aérienne Forbin et la frégate multi-missions Provence en feront partie. Le GAN intègrera également, comme c’est régulièrement le cas depuis plusieurs années, des unités étrangères. Ce devrait être notamment le cas du destroyer américain USS Donald Cook et de la frégate espagnole Cristobal Colon, qui participent à l’exercice FANAL.

Pour mémoire, le groupe aéronaval français devrait quitter Toulon d’ici la fin février pour un déploiement de plusieurs mois qui doit le conduire jusqu’en Asie du sud-est.

- Voir notre dossier complet sur le Charles de Gaulle

 

Marine nationale