Défense
Futur porte-avions : Florence Parly confirme le lancement du programme

Actualité

Futur porte-avions : Florence Parly confirme le lancement du programme

Défense

Hier, dans son intervention à l’occasion de l’ouverture du salon digital Euronaval-Online, la ministre française des Armées a évoqué le projet de porte-avions de nouvelle génération (PANG) : « Je confirme que ce programme sera lancé pour donner un successeur au Charles de Gaulle en 2038. Ce futur porte-avions fédèrera l’excellence de notre industrie navale dans les prochaines décennies et, par sa dimension stratégique, offrira un cadre d’emploi parfaitement adapté dès sa conception au futur avion de combat de nos armées, connu sous le nom de SCAF », a déclaré Florence Parly (voir la déclaration complète de la ministre).

Attendue depuis cet été, l’annonce du lancement de ce programme majeur devait initialement revenir au président de la République. A la lumière des études réalisées depuis la fin 2018 par le ministère des Armées et les industriels concernés (Naval Group, Chantiers de l’Atlantique, Areva-TA, MBDA, Thales, Dassault Aviation), Emmanuel Macron avait la responsabilité d’entériner les grandes options techniques du PANG, en particulier son mode de propulsion, a priori nucléaire. Les décisions auraient été prises mais l’actualité n’a pas permis, ces dernières semaines, de trouver une fenêtre médiatique favorable pour une annonce présidentielle sur le sujet. On s’attendait d’ailleurs à de possibles déclarations d’Emmanuel Macron lors d’une visite prévue ce 20 octobre sur le site Framatome du Creusot, mais ce déplacement a été annulé suite à l’attentat qui a coûté la vie vendredi dernier à un professeur d’histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine.

C’est donc finalement Florence Parly qui a fait le service minimum, pour le moment, sur ce sujet toujours considéré comme délicat en matière de communication vis-à-vis de l’opinion publique. Logiquement, d’autres annonces plus précises devraient intervenir d’ici la fin de l’année, par l’Elysée ou l’Hôtel de Brienne. Car le lancement du programme va s’accompagner de nouveaux contrats d’études pour, cette fois, entrer dans le vif du sujet suite aux arbitrages présidentiels. Après un premier marché de 18 mois et 36 millions d’euros notifié fin 2018, le projet va passer à la vitesse supérieure l’année prochaine. Le PANG est en effet inscrit dans le projet de loi de finances 2021, dont les annexes (bleus budgétaires) précisent que le programme bénéficiera d’une enveloppe de 442 millions d’euros, pendant que le SCAF recevra 3 milliards d’euros pour le développement de son futur démonstrateur. La somme allouée à la poursuite des études du PANG est donc importante et son montant semblerait confirmer que l’on s’oriente bien vers une propulsion nucléaire.  

Pour l’heure, il ne s’agit toutefois pas d’une commande du futur porte-avions, dont la décision relative au contrat de construction reviendra normalement à la prochaine législature. La réalisation du bâtiment, qui sera confiée aux Chantiers de l’Atlantique, à Saint-Nazaire, en coopération avec Naval Group, ne débutera en effet qu’entre 2025 et 2030. Et il faudra d'ici là trancher également la question du retour à une flotte de deux porte-avions afin de recouvrer une permanence opérationnelle perdue avec le retrait du service des anciens Clemenceau et Foch. 

Si les caractéristiques précises du PANG ne sont pas encore connues, on sait cependant qu’il sera plus grand que le Charles de Gaulle (261 mètres, 42.000 tonnes à pleine charge). On s’oriente en effet vers un bâtiment de plus de 280 mètres et environ 70.000 tpc, un gabarit assez proche du défunt projet PA2 mené dans les années 2000 avec les Britanniques. L’augmentation sensible de la taille du prochain porte-avions français est rendue nécessaire par la mise en œuvre du successeur du Rafale, le NGF, qui sera nettement plus gros que son aîné.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

 

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française Euronaval 2020 - Euronaval-Online