Défense
Porte-hélicoptères australiens : Dernière ligne droite pour DCNS et Navantia

Actualité

Porte-hélicoptères australiens : Dernière ligne droite pour DCNS et Navantia

Défense

Fin juin, début juillet, l'Australie devrait faire le choix du modèle retenu pour son programme de porte-hélicoptères d'assaut. Deux concurrents sont en lice. D'un côté, DCNS, avec une version agrandie du Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC), et de l'autre le groupe espagnol Navantia, qui présente son Buque de Proyeccion Estrategica (BPE), dévrivé du Juan Carlos Primero, actuellement en construction pour l'Armada. Pour remporter le marché, chaque industriel s'est allié à un partenaire local : Tenix pour les Espagnols et ADI pour les Français (intégré fin 2006 à Thales Australia).
Les deux concurrents disposent d'atouts non négligeables. Les Français peuvent compter sur la forte présence de Thales sur le marché domestique australien (ADI, Thales subsidiaries, Thales Underwater Systems, Air Traffic Management, Training and Simulation), tout en présentant un navire déjà opérationnel et à la conception éprouvée, notamment au Liban l'été dernier (Mistral). Les essais d'embarquement de LCAC américains et d'hélicoptères lourds Super Stallion sur le BPC se sont par ailleurs parfaitement déroulés sur le Tonnerre ce mois-ci. De leur côté, les Espagnols font valoir que leur BPE, bien que non encore opérationnel, sera capable de mettre en oeuvre, grâce à un tremplin sur l'avant, des avions à décollage court.

Le programme des futurs destroyers en embuscade

Le gouvernement australien serait d'autre part sensible à une offre globale que pourrait faire Navantia, à la fois sur les deux BPE, mais aussi sur le programme des futurs destroyers lance-missiles, projet pour lequel le F100 espagnol et l'Arleigh Burke américain sont en compétition. Canberra doit également faire son choix sur le type de destroyer retenu dans les prochaines semaines et le bâtiment espagnol semble plus apprécié, notamment en raison de son coût moins élevé. Dans ces conditions, les deux industriels européens tiendraient la corde. Pour répondre aux besoins de la marine australienne, DCNS a conçu un BPC plus gros que le modèle livré à la Marine nationale. Le BPC 250 mesurerait 214 mètres de long (contre 199) pour un déplacement de 24.500 tonnes, soit 3000 tonnes de plus. Capable de filer 20 noeuds (autonomie de 12.000 nautiques à 12 noeuds), il pourra transporter 1168 soldats en plus de l'équipage, 16 hélicoptères lourds en hangar et 4 chalands de débarquement ou 2 LCAC dans son radier. Doté d'un PC embarqué plus petit que le Mistral (680 m² au lieu de 800 m²), son hangar à véhicules atteint 2960 m² et la zone hospitalière 830 m². Le nombre de spots hélicoptères reste de six, soit une capacité de mise en oeuvre six appareils simultanément.
La livraison des HMAS Canberra et Adelaïde est prévue en 2013 et 2015. Le coût de ces deux navires atteindrait de 1 à 1.5 milliard de dollars.
_______________________________________________

- Voir la fiche technique du BPC français

- Voir la fiche technique du BPE espagnol


Naval Group | Actualité industrie navale de défense