Vie Portuaire
Ports en grève : « Les conséquences sont excessivement graves », estime l'UMPF

Actualité

Ports en grève : « Les conséquences sont excessivement graves », estime l'UMPF

Vie Portuaire

L'Union Maritime et Portuaire de France demande depuis plusieurs jours à être reçue au ministère des Transports. Alors que l'activité de la plupart des Grands Ports Maritimes est toujours perturbée, plus ou moins fortement selon les places, par des arrêts de travail, l'UMPF s'alarme de l'évolution de la situation. « Les Ports subissent donc des mouvements de plus en plus durs, le dialogue est rompu. Les conséquences sont excessivement graves et nombreuses : Pertes d'escales, détournements de navires et de trafics au profit des ports nord-européens, des coûts pour les conteneurs laissés à terre, laissés à bord, coûts d'immobilisation des navires se chiffrant en milliers de dollars, des armateurs, des importateurs / exportateurs qui font leurs comptes et prennent des décisions à l'encontre des ports français... ».

Nouveau week-end de grève en perspective

Alors qu'un nouveau préavis de grève a été lancé pour ce week-end par la fédération nationale des ports et docks CGT, et que les terminaux devraient également être à l'arrêt mardi prochain, l'UMPF tire à boulets rouges sur le conflit et sa gestion par l'Etat : « Au total, une perte de compétitivité et une décrédibilisation des ports français, des banques qui s'alarment des bilans des entreprises, des prévisions de chômage technique voire de licenciements, un gel total des embauches, des Opérateurs Portuaires qui sont pris en otage, des Autorités Portuaires qui sont empêchées d'exercer leur autorité d'employeur, un Etat défaillant ».
Représentant plus de 100.000 emplois sur le territoire, l'Union Maritime et Portuaire de France demande à l'Etat de « prendre d'urgence ses responsabilités pour faire aboutir la réforme portuaire dans le respect de la loi du 4 Juillet 2008 ».

Divers Ports