Vie Portuaire
Ports : Sécurité de la navigation et course au gigantisme

Actualité

Ports : Sécurité de la navigation et course au gigantisme

Vie Portuaire

Intitulé « Les Ports face au gigantisme », le premier colloque organisé récemment à l'initiative de la Station de pilotage du Havre a atteint son objectif en réunissant pilotes, ingénieurs et autres acteurs maritimes autour de l'enjeu majeur que constitue la sécurité de la navigation dans les ports, dans un contexte de croissance accélérée de la taille et de la voilure des navires en exploitation.
Trouver le bon dimensionnement des ouvrages portuaires pour accueillir les navires et travailler dans des conditions optimales, tel est le principal enjeu des réflexions menées à travers le monde par les ingénieurs, bureaux d'études et professionnels portuaires. Tel était d'ailleurs l'objet de la démonstration de Katrien Eloot du Laboratoire de recherche hydraulique des Flandres, qui a présenté les 3 simulations intervenues en 2005, 2007 et 2008 pour le dimensionnement de la nouvelle écluse du Deurganckdock à Anvers. Face à l'évolution récente et particulièrement rapide des caractéristiques des navires (dont les porte-conteneurs), il ressort que l'adaptation de la capacité des ouvrages repose désormais fortement sur la qualité, la fiabilité et l'efficacité des services aux navires (nombre et capacité des remorqueurs mis à disposition, aide au pilotage, technologies utilisées...). L'intervention du Capitaine Eric Poirier (responsable du service nautique d'Anvers) a permis d'illustrer les particularités de l'accès maritime de l'Escaut.

(© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)
(© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)

Le Havre : Un potentiel de trafic de plus de 8 millions de boites

Premier port à l'entrée et dernier port à la sortie du range nord-européen, François Le Guern - Président du pilotage havrais - considère « Le Havre comme le mieux placé pour accueillir ces géants des mers dans les meilleures conditions. Ses nouvelles capacités (Port 2000), son accès aisé et son tirant d'eau disponible sont autant d'atouts pour les armements ». Et le Grand Port Maritime du Havre anticipe déjà l'avenir en engageant des réflexions prospectives, dont les premières ébauches ont été présentées par Paul Scherrer - Directeur Technique - pour l'après Port 2000 (dont la capacité, comprise entre 4 et 6 millions d'EVP à l'horizon 12 postes à quai, s'ajoute aux 2,1 MEVP des terminaux du port Nord). Les équipes de la Direction Technique du GPMH ont travaillé sur des hypothèses de construction de porte-conteneurs d'une capacité de 13.000 EVP (longueur de 400 mètres, largeur de 55 mètres et tirant d'eau de 16 mètres) voire même de 17.000 EVP et ce, malgré la réserve actuelle des armements pour communiquer des informations sur ce sujet très concurrentiel. Pour cela, elles étudient les possibilités de réaménagement des infrastructures portuaires existantes mais aussi la réalisation de nouvelles, notamment en liaison avec les pilotes havrais qui intègrent les données dans leur simulateur de manoeuvres (accord de coopération signé entre la station de pilotage du Havre - Fécamp et l'autorité portuaire fin 2007).

(© : MARINE NATIONALE)
(© : MARINE NATIONALE)

Expansion du canal de Panama

Illustrant les défis liés à la croissance du nombre, des dimensions et de la capacité des navires, le Capitain Arcelio H. Hartley a présenté le programme d'expansion du Canal de Panama, qui fait suite à des campagnes d'élargissements et d'approfondissements successifs du Canal. La prochaine étape consiste désormais à réaliser, de part et d'autre du canal (côté Atlantique et côté Pacifique), un nouveau chenal et un 3ème jeu d'écluses pouvant accueillir des porte-conteneurs de type « post-panamax » (d'une largeur  49 mètres et d'une capacité jusqu'à 12.600 EVP), contre ceux dits « panamax » ( 32,3 m de large pour une capacité de 4500 EVP). Les études de modélisations physique et numérique ont été réalisées par un consortium dont fait partie la Compagnie Nationale du Rhône (CNR), qui est intervenue sur la modélisation hydrodynamique du remplissage / vidange des écluses grâce à un jeu de trois bassins. A ce sujet, Sébastien Roux a détaillé le modèle numérique 3D couplé à un modèle physique de 60 mètres de long des futures écluses du canal de Panama. Plus de 1000 tests ont ainsi été modélisés sur la base de multiples scénarios. Le Capitaine Edgar Abad, pilote du Canal de Panama, a ensuite présenté les challenges liés à l'arrivée des porte-conteneurs de 11.000 EVP de capacité.

Le nouveau CMA CGM Vela, de 11.000 EVP (© : CMA CGM)
Le nouveau CMA CGM Vela, de 11.000 EVP (© : CMA CGM)

194 porte-conteneurs de plus de 10.000 EVP en commande

Au coeur de ce colloque entre professionnels, la croissance de la taille des navires. Dans ce domaine, les porte-conteneurs font figure d'exemples avec des évolutions impressionnantes sur les 15 dernières années. Inenvisageables il y a quelques années, aujourd'hui 17 navires de plus de 10.000 EVP sont en service et 194 sont en commande ! L'intervention de Jean-François Segretain du Bureau Veritas a permis de mettre en exergue l'enjeu que représente cette évolution au niveau de la structure de ces navires (effets de torsion et de vibrations...) et des infrastructures portuaires d'accueil (à la fois en termes d'accès, de quai mais aussi d'engins de manutention). Pilote au port du Havre, Pascal Olier a partagé son expérience dans ce domaine précisant qu'en moins de 20 ans, la taille des navires (+20 à 40%) et donc leur inertie et leur prise au vent a augmenté très sensiblement, réduisant d'autant la marge de sécurité (-50%), la manoeuvrabilité et la visibilité ainsi que la tenue à quai. D'où l'importance de l'assistance au navire (pilotage, remorquage), des moyens matériels et humains mis en face (formation, organisation, expérience...).
Illustrant par des exemples concrets les travaux d'études, de modélisation mathématique et physique dimensionnant les projets d'aménagement portuaire en tenant compte de l'évolution des caractéristiques des navires ainsi que les nouvelles méthodes de travail des pilotes, ce premier colloque organisé par la station de Pilotage Le Havre / Fécamp a fait l'unanimité en mettant en avant le savoir-faire et l'expertise des quelque 70 professionnels réunis et la nécessité d'échanger, de débattre et de coopérer dans un domaine où les évolutions sont très rapides et particulièrement impressionnantes.
Profitant de la présence de pilotes panaméens, belges et portugais, les pilotes havrais ont également eu l'occasion de présenter leur simulateur de manoeuvres et d'échanger sur la difficulté croissante à manoeuvrer les nouveaux géants des mers notamment dans des zones portuaires dimensionnées pour des navires de taille beaucoup plus restreintes.

Port du Havre