Vie Portuaire
Ports : Thierry Mariani appelle à la reprise des négociations

Actualité

Ports : Thierry Mariani appelle à la reprise des négociations

Vie Portuaire

Depuis mercredi et jusqu'à dimanche, une partie de l'activité des grands ports maritimes français est perturbée par un mouvement de grève de la Fédération Nationale des Ports et Docks CGT. Au Havre, par exemple, Une vingtaine d'escales de porte-conteneurs ont été annulées, les pertes de trafic sur cinq jours étant estimées à environ 20.000 EVP. Alors que la réforme portuaire entre dans sa phase finale, les syndicats accusent le gouvernement de revenir sur certaines avancées validées début novembre par le directeur de cabinet de Jean-Louis Borloo, alors ministre de l'Ecologie et des Transports. Les négociations, en marge desquelles l'année 2010 a été marquée par un certain nombre de grèves, portent sur le départ anticipé à la retraite des travailleurs portuaires pour cause de pénibilité. Et elles sont fondamentales pour la mise en oeuvre de la réforme portuaire, qui doit aboutir selon la loi d'ici le mois d'avril. Le règlement de la question de la pénibilité doit, en effet, permettre d'entériner la Convention nationale collective unifiée, dont dépendront l'ensemble des personnels de la manutention, y compris les agents des GPM mis à disposition des opérateurs privés. Ce transfert est la dernière grande étape de la réforme des anciens ports autonomes, initiée par la loi de juillet 2008.

« Déterminé à mener la réforme portuaire à son terme »

En novembre, la FNPD avait mis fin à la plupart des actions dans les ports suite à un nouveau projet d'accord validé par le patronat et ayant reçu l'aval du directeur de cabinet de Jean-Louis Borloo. La CGT tenait ces avancées pour acquises. Mais le gouvernement et les nouveaux ministres concernés, issus du remaniement de novembre, ne semblent pas l'entendre de cette oreille. « Des négociations sur la pénibilité se sont poursuivies jusqu'en octobre 2010 sans avoir abouti. Elles ont été suspendues à l'initiative des partenaires sociaux dans l'attente du vote de la loi sur la réforme des retraites et de la position du gouvernement. Il convient de préciser qu'aucun accord du gouvernement n'avait été donné jusqu'à ce jour », a expliqué hier le ministère de l'Ecologie, désormais dirigé par Nathalie Kosciusko-Moriset. L'Hôtel de Roquelaure, indiquant qu'il est prêt « à reconnaître la pénibilité de certains métiers portuaires », confirme qu'il a mandaté l'Union des Ports de France (UPF) pour poursuivre les négociations dans le cadre de la loi portant réforme des retraites, « notamment en terme de durée d'anticipation ». Le secrétaire d'Etat aux Transports a demandé aux organisations syndicales de reprendre la négociation, souhaitant que « les engagements financiers des ports soient maîtrisés et qu'un accord équilibré soit trouvé ». Thierry Mariani s'est néanmoins montré ferme, affirmant que le gouvernement était « déterminé à mener la réforme portuaire à son terme ».

Divers Ports