Vie Portuaire
Pour sa nouvelle pilotine, la station de Sète opte pour un modèle Delion

Actualité

Pour sa nouvelle pilotine, la station de Sète opte pour un modèle Delion

Vie Portuaire

La station de pilotage de Sète va prochainement lancer une consultation auprès des chantiers navals pour la construction de sa nouvelle vedette. Un bateau dont le modèle a déjà été choisi puisque les pilotes languedociens ont confié sa conception au bureau d’architecture nantais Pierre Delion, qui enregistre ainsi un nouveau succès sur ce marché. Ce sera en effet la septième pilotine française à adopter l’un de ses design. Quatre d’entre elles, réalisées par le chantier finistérien Sibiril, sont déjà en service : la CH 4 (unité de 12 mètres livrée en 2014 à la station de Cherbourg), l’Hirondelle de la Manche (12 mètres, 2017, Le Havre), le Pélican (14.5 mètres, 2019, Seine) et la P XVIII (13.7 mètres, 2020, Dunkerque). Deux autres sont actuellement en construction, la première de 10.8 mètres, qui doit être livrée cette année par Sibiril aux pilotes de Saint-Malo et la seconde de 15.5 mètres, produite dans le chantier morbihannais Bernard et destinée à la station de la Seine, où son arrivée est attendue en 2022.

La future vedette sétoise, qui sera comme ses aînées construite en composite, sera du même modèle que la P XVIII dunkerquoise, avec quelques évolutions et adaptations pour les besoins des pilotes de Sète, par exemple sur l’aménagement de la timonerie ou encore un système de récupération d’homme à la mer différent. Longue de 13.6 mètres (14.2 mètres hors tout) pour une largeur de coque de 4.49 mètres, elle sera équipée de deux moteurs diesels et deux lignes d’arbres pour une vitesse maximale de plus de 20 nœuds. La cabine sera montée sur plots élastiques pour améliorer le confort en réduisant le bruit et les vibrations. Comme celui du constructeur, le choix du motoriste n’est pas encore acté.

 

Port de Sète Pilotage et pilotes maritimes | Actualité du pilotage