Energies Marines
PPE : Les régions littorales à l'offensive

Actualité

PPE : Les régions littorales à l'offensive

Energies Marines

Elles veulent une politique nationale plus ambitieuse pour répondre aux attentes des territoires en matière de transition énergétique. Six régions littorales métropolitaines (Bretagne, Normandie, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Pays-de-la-Loire, Sud) passent donc à l’offensive faute d’avoir été entendues lors de l’élaboration de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Comme elles l’avaient dit au lendemain de la présentation de cette PPE en novembre 2018, elles jugent insuffisant les priorités fixées par le gouvernement en matière d’énergies marines. Faibles volumes des investissements programmés, irrégularité des calendriers d’appels d’offres proposés, absence de l’hydrolien parmi les filières identifiées : les motifs de déception sont nombreux.

« Paradoxalement, la France se positionne aujourd’hui en tête des nations dont la lutte contre le changement climatique », soulignent ces régions du littoral dans un communiqué commun publié ce mercredi, rappelant au passage qu’elles « ont fait le choix d’accompagner le développement de la filière, en engageant des investissements portuaires massifs et en mobilisant leurs écosystèmes d’entreprises ».

Un méga contrat en… Chine

Pour leurs présidents, il faut « permettre un développement harmonisé de la filière en ne mettant pas en concurrence éolien posé et flottant, les façades entre elles et les Régions entre elles » ; « revoir à la hausse l’ambition générale pour le développement de l’éolien offshore en faisant le choix d’un rythme annuel plus ambitieux, d’au moins 1 GW par an, pour la programmation d’appel d’offres posé et flottant » ; « s’engager sur des appels d’offres réguliers pour que les modèles économiques s’équilibrent et que les investissements portuaires s’amortissent dans les meilleures conditions » ; « poursuivre le développement de la filière hydrolienne en lui permettant de poursuivre, aussi, la démonstration de baisse des coûts ». Ces contre-propositions feront « l’objet d’échanges avec les industriels de la filière, qui ont, de leur côté, engagé une réflexion de même nature ».

Et les Présidents des Régions littorales de conclure : « Au moment où la France signe avec la Chine un méga contrat pour un projet de parc éolien offshore au large de ce pays pour environ un milliard d’euros, le gouvernement doit faire un choix pour ses territoires et son économie ».

Un article de la rédaction du Télégramme

Energies Marines Renouvelables