Défense
Premier appontage du Caïman de l’armée de Terre sur le BPC Dixmude

Actualité

Premier appontage du Caïman de l’armée de Terre sur le BPC Dixmude

Défense

Pour la première fois, le nouvel hélicoptère de l’Avion légère de l’armée de Terre (ALAT) a apponté sur une plateforme de la Marine nationale, en l’occurrence le bâtiment de projection et de commandement Dixmude. Cet évènement est intervenu le 3 décembre lors d’une campagne de navalisation menée par le groupement aéromobilité de la section technique de l’armée de Terre. Venu de Valence, le groupement de l’ALAT a rejoint le Dixmude en mer, alors que le BPC évoluait au large d’Hyères.  Il y avait là un Caïman Terre, mais aussi un hélicoptère de combat Tigre HAD et un hélicoptère de manœuvre Cougar rénové, ces trois machines réalisant leurs premières manœuvres sur le Dixmude.

 

Tigre HAD sur le Dixmude (© MARINE NATIONALE)

Tigre HAD sur le Dixmude (© MARINE NATIONALE)

 

Encore en phase d’expérimentation, le Caïman Terre (version du NH90 destiné à l’ALAT) a réalisé avec succès son premier appontage, débutant ainsi sa certification navale et la qualification de ses équipages à ce type de manœuvre. « Jusqu’au 14 décembre, le Caïman Terre réalisera divers essais, tandis que ses équipages s’entraîneront et se qualifieront en appontant et en décollant de jour comme de nuit, dans des conditions parfois dégradées. L’exercice amphibie Antarès mené conjointement avec 300 militaires et 80 véhicules de la 6è brigade légère blindée (6è BLB) sera également l’occasion d’évaluer la mise en œuvre et l’emploi de cet hélicoptère lors d’un débarquement amphibie, le 7 et le 8 décembre », précise la Marine nationale.

A bord du Dixmude, le comportement en milieu marin du Cougar rénové sera également évalué, alors que le nouveau Tigre HAD verra la mise en œuvre de son système d’armes testée depuis le BPC, dont l’équipage va se familiariser avec le nouvel hélicoptère de combat. « C’est ainsi un véritable travail d’équipe entre les 180 marins du BPC, les formations d’expertise de l’armée de Terre et de la DGA qui va se dérouler en mer pendant quinze jours. Ainsi se bâtit l’avenir de l’aéromobilité projetée depuis les BPC ».

 

Le BPC Mistral au large de la Libye en 2011 (© EMA)

Le BPC Mistral au large de la Libye en 2011 (© EMA)

 

Le BPC Tonnerre(© EMA)

Le BPC Tonnerre(© EMA)

 

Le BPC Tonnerre au large de la Libye en 2011 (© EMA)

Le BPC Tonnerre au large de la Libye en 2011 (© EMA)

 

Des bâtiments conçus pour la projection des moyens de l’ALAT

 

Pour mémoire, la Marine nationale dispose de trois BPC, les Mistral, Tonnerre et Dixmude, livrés en 2006, 2007 et 2012. Longs de 199 mètres pour un déplacement de 21.500 tonnes en charge, ces bâtiments ont été spécialement conçus pour la projection d’unités amphibies et aéromobiles de l’armée de Terre. Doté s’un pont d’envol de 5200 m² avec six spots d’appontage, ainsi que deux ascenseurs desservant un hangar de 1800 m² pouvant accueillir 16 NH90 et Tigre, les BPC ont pour la première fois, en 2011 en Libye, déployé avec succès un groupe aéromobile. Complémentaires de l’aviation, les hélicoptères embarqués, dont des Gazelle et Tigre HAP (appui-protection), ont contribué de manière significative à l’affaiblissement des troupes du colonel Kadhafi.

 

EC725, Puma et Tigre sur un BPC au large de la Libye (© EMA)

EC725, Puma et Tigre sur un BPC au large de la Libye (© EMA)

 

Dans les années qui viennent, les capacités de l’ALAT vont être considérablement renforcées avec la mise en service du Caïman Terre, qui va progressivement remplacer les Puma et Cougar, ainsi que du Tigre HAD (appui-destruction), appelé à succéder aux Gazelle. En tout, l’armée de Terre doit recevoir 40 Tigre HAD et 40 Tigre HAP, tout en espérant toucher 133 Caïman, seules 34 machines ayant pour le moment été commandées.  

On notera que le nouvel hélicoptère de l’armée de Terre est légèrement différent du Caïman Marine, version française du NH90 NFH (Nato Frigate Helicopter), en service dans l’aéronautique navale depuis décembre 2011 (7 exemplaires livrés à ce jour sur les 27 commandés). La version navale comprend, notamment, un train d’atterrissage renforcé, un harpon pour maintenir l’appareil sur les grilles d’appontage et une poutre de queue repliable afin de pouvoir être stocké dans les hangars de frégates. Elle est aussi dotée d’un kit de combat pour la mise en œuvre d’équipements et d’armes anti-sous-marines et antinavire (sonar trempé, bouées acoustiques, torpilles, missiles…) Armé par un équipage de 5 hommes et pouvant transporter 12 soldats équipés ou 20 passagers, le Caïman Terre, version tricolore du NH90 TTH (Tactical Transport Helicopter), reprendra les missions dévolues aux Puma et Cougar : héliportage tactique de combattants et de matériel, évacuations sanitaires, soutien des civils lors d’opération d’urgence et de crise, recherche et sauvetage, poste de commandement…

 

Caïman Terre (© EUROCOPTER)

Caïman Terre (© EUROCOPTER)

 

Tigre et Caïman Terre (© EUROCOPTER)

Tigre et Caïman Terre (© EUROCOPTER)

 

Tigre et Caïman Terre (© EUROCOPTER)

Tigre et Caïman Terre (© EUROCOPTER)

 

Tigre et Caïman Terre (© EUROCOPTER)

Tigre et Caïman Terre (© EUROCOPTER)

 

Caïman Marine (© EUROCOPTER)

Caïman Marine (© EUROCOPTER)

 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française