Disp POPIN non abonne!
Marine Marchande

Actualité

Premier calendrier commun pour la flotte océanographique française

Marine Marchande

C’est le premier calendrier prévisionnel de la flotte océanographique française. Opérationnelle depuis janvier 2018, elle regroupe, sous la houlette de l’Ifremer, les moyens côtiers et hauturiers océanographiques français. Outre les bateaux de Génavir, la FOF a « récupéré » le Marion Dufresne, dont le programme scientifique était jusqu’ici effectué par l’IPEV, ainsi que les bateaux de l’IRD.

Elle dispose donc de quatre navires hauturiers (Atalante, Pourquoi Pas?, Thalassa et Marion Dufresne), six bateaux côtiers (Europe, Théthys, Thalia, Côtes de la Manche, Alis et Antea) et sept navires de station (Albert Lucas, Antédon, Neomysis, Nereis, Planula, Sepia, Sagitta).

Gros programme en Pacifique pour l’Atalante

Ce calendrier prévisionnel prévoit plusieurs campagnes sur les grands fonds dans l'océan Pacifique. C’est l’Atalante qui les effectuera et qui commencera à Nouméa par la campagne Chubacarc, de fin mars à juin. Les chercheurs de la station CNRS de Roscoff vont étudier les espèces ayant colonisé la dorsale océanique dans le Pacifique Ouest. L’Atalante enchaînera avec la campagne Kanadeep, menée par le Museum d’Histoire Naturelle et qui portera sur la biodiversité profonde dans les eaux territoriales de Nouvelle-Calédonie. Enfin, à la fin de l'année, la campagne Tonga du CNRS ira étudier le panache hydrothermal de l’arc volcanique de l’archipel Tonga, à l’est des îles Fidji.

Les trois autres navires hauturiers interviendront dans d’autres zones géographiques : le Pourquoi Pas ? travaillera au large des Açores pour notamment la campagne Momarsat qui suit un observatoire scientifique sur la dorsale atlantique. Le Thalassa, grand spécialiste des campagnes halieutiques, va effecteur des campagnes récurrentes le suivi des espèces sur la façade atlantique, la Manche et la mer du Nord, avec une incursion en Méditerranée durant l’été, et sur les campagnes du service Pirata d’observation de la variabilité tropicale. Le Marion Dufresne travaillera en océan austral et indien, avec une période d’interruption entre mars et août (voir notre article à ce sujet)

Nombreuses campagnes côtières en métropole et dans les outre-mers

La flotte côtière sera mobilisée en métropole et dans les outre-mers. L’Haliotis et le Thalia travailleront notamment en Bretagne pour une campagne d’étude du maërl coordonnée par l’Ifremer. Le Côtes de la Manche sera mobilisé sur la campagne Jericobent du CNRS qui étudiera les effets d’apports de matière organique de la Gironde sur les vasières en Ouest Gironde. Le Thetys mènera plusieurs campagnes en Méditerranée.

L’Alis ira sur les monts sous-marins et les récifs de l’archipel néo-calédonien pour la campagne Seamount qui étudie le rôle de ces lieux en tant qu’oasis pour la biodiversité. L’Alis ira aussi en Polynéise, notamment dans les Marquises. L’Antéa commencera son année en Méditerranée puis traversera l’Atlantique pour une série de campagnes dans la zone Antilles-Guyane. Etalées sur  deux années, celles-ci porteront notamment sur les géosciences marines, sur le plateau guyanais et en océanographie physique et biogéochimie sur le panache de l’Amazone.

IFREMER