Défense
Premier exercice de sauvetage avec un SNA français pour le NSRS

Fil info

Premier exercice de sauvetage avec un SNA français pour le NSRS

Défense

Du 20 au 24 avril a eu lieu l’exercice de sauvetage Soleil du sud au large de Toulon. Cet exercice visait à entraîner pour la première fois le SRV (submarine rescue vessel) NEMO, du système NSRS, à se poser sur un sous-marin nucléaire d’attaque français.

Cet entraînement a été une réussite puisque le sous-marin de sauvetage Nemo a évacué quatre sous-mariniers et a donc permis de valider concrètement le transfert de personnel entre un sous-marin nucléaire d’attaque et le SRV.

Cet exercice a demandé une préparation longue et rigoureuse faisant intervenir de nombreux acteurs. En plus de l’équipage du SNA Rubis, les plongeurs du CEPHISmer et du GPD Méditerranée, du personnel de la base navale de Toulon, de la gendarmerie maritime et bien évidemment de l’escadrille des sous-nucléaires d’attaques ont concouru à la réussite de Soleil du Sud.

La séquence complète consistait à mettre en oeuvre le SRV NEMO à partir du BSAD (bâtiment de soutien, d’assistance et de dépollution) JASON. Une fois en plongée, le sous-marin de sauvetage s’est posé plusieurs reprises sur le Rubis. Ce dernier était stable, embossé sur quatre coffres, à une immersion d’environ 50 mètres.

Une fois l’appontage sur le SNA effectuée et l’étanchéité contrôlée, les panneaux du SRV et du SNA ont été ouverts, permettant le passage de quatre marins.

 

Le SRV sur le SNA (©  MARINE NATIONALE)

Le SRV sur le SNA (©  MARINE NATIONALE)

 

Le NSRS (nato submarine rescue system) est un dispositif européen de sauvetage de sous-marin, mis en service en 2008 au profit de l’OTAN et ses alliés. Aérotransportable sur des avions de type dont l’A400 M, le NSRS est conçu pour être déployé partout dans le monde en 72 heures maximum. En mer, le système, réalisé par Rolls-Royce, est installé sur des navires de type Supply dotés d’un portique et d’une surface de pont d’au moins 420 m² capable d’accueillir les 300 tonnes du dispositif, dont le principal élément est le sous-marin de sauvetage. Doté de deux propulseurs alimentés par des batteries à haute performances, le SRV est un engin de 30 tonnes, long de 8.3 mètres pour une largeur de 3.5 mètres, pouvant naviguer à près de 5 noeuds. Il est relié au bateau support par un câble ombilical avec fibre optique, permettant de transmettre en temps réel communications, informations et images. Ce mini-sous-marin est conçu pour intervenir jusqu'à 610 mètres de profondeur, une capacité qui résulte d’un compris entre le coût du système et les probabilités d'intervention. Il est capable d’évacuer 12 marins simultanément.

Communiqué de la Marine nationale, 24/04/15

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française