Défense

Actualité

Premier tir du missile ANL/Sea Venom depuis un hélicoptère

Défense

Après un premier test d’emport et de séparation mené en mars dernier par un hélicoptère Lynx Mk8 de la Royal Navy, c’est un Dauphin français de la Direction Générale de l’Armement qui a effectué avec succès, le 21 juin, le tout premier tir du nouveau missile antinavire aéroporté franco-britannique. L’appareil, utilisé comme banc d’essais par DGA Essais en Vol, a tiré son arme sur le site DGA Essais de Missiles du Levant, en Méditerranée. « Bien qu’il s’agissait du premier tir, ce n’était en aucun cas un tir de précaution. Le système a été poussé aux limites de sa portée – une étape audacieuse montrant notre confiance dans la maturité de la conception et faisant de cette réussite, un succès d’autant plus gratifiant. Le prochain tir consistera à évaluer la capacité homme dans la boucle du système », explique Paul Goodwin, directeur adjoint du programme ANL/Sea Venom chez MBDA, en charge de développer cette arme. 

Le programme ANL/Sea Venom est l’une des concrétisations du traité franco-britannique de Lancaster House, signé en 2010. Le contrat de réalisation du programme ANL a été notifié à MBDA le 26 mars 2014 par DE&S (Defence Equipment and Support), l’un des homologues britanniques de la DGA. « Le missile ANL est destiné à équiper les hélicoptères de la Marine nationale et de la Royal Navy pour lutter contre un large panel de menaces de surface, depuis les vedettes rapides et manoeuvrantes jusqu’aux corvettes, y compris en environnement côtier. Il dispose du mode «tire et oublie» ainsi que de la capacité «homme dans la boucle» permettant de maîtriser le tir jusqu’à l’impact sur la cible », explique la DGA, qui confirme au passage que « le porteur de référence de l’ANL pour la Marine nationale est le futur Hélicoptère interarmées léger (HIL) ».

Produit au Royaume-Uni, ce nouveau missile antinavire léger sera d'abord mis en oeuvre par la flotte britannique, qui compte disposer de cette capacité à partir de 2020 sur ses nouveaux AW159 Wildcat. Aucun contrat de production n'a encore été signé par la France pour équiper la Marine nationale, qui ne recevra pas ses premiers HIL avant 2024

- Voir notre dernier article détaillé sur l'ANL/Sea Venom

 

(©  MBDA)

 

 

MBDA Royal Navy Marine nationale