Disp POPIN non abonne!
Science et Environnement

Fil info

Première présentation du projet d’extension de la Réserve naturelle d’Iroise

Science et Environnement

L’Etat souhaite étendre la Réserve naturelle nationale d’Iroise ; la première réunion de concertation s’est tenue ce jeudi 7 février 2019 au Conquet. A l’ordre du jour : présentation du projet, des espèces et des habitats à protéger.

Environ 150 personnes étaient présentes avec de nombreuses questions sur les enjeux de protection, les mesures qui seront prises et le lien avec le projet d’arrêté préfectoral portant interdiction temporaire d’accès à des dépendances du domaine public maritime naturel.

Lors de cette réunion dense et riche en échanges avec la salle, l’équipe du Parc a présenté la Réserve actuelle et fait état des enjeux de protection du patrimoine naturel et du patrimoine culturel de l’archipel qui motivent le projet d’extension. La méthode de concertation avec les usagers jusque l’été 2019 a été également exposée.

Une extension de la Réserve pour quoi faire ?

La Réserve naturelle nationale est gérée depuis 2016 par le Parc naturel marin d’Iroise. Elle a pour but de préserver les milieux naturels, de gérer les sites protégés et de sensibiliser les publics.

Aujourd’hui, seuls trois îlots de l’archipel de Molène (Banneg, Balaneg et Trielen) font partie de la Réserve.

Une pression humaine accrue sur l’archipel à certaines périodes de l’année menace l’équilibre fragile des écosystèmes, notamment en période de reproduction. Étendre le périmètre de protection aux autres îles et îlots de l’archipel, ainsi qu’à leurs estrans, permettra de mieux protéger et de préserver, pour les générations futures, ce patrimoine exceptionnel.

Des espèces et des habitats à protéger

L’archipel de Molène, l’un des derniers à l’état sauvage de France métropolitaine, est devenu une zone refuge pour de nombreuses espèces. Elles y trouvent des espaces à l’abri des pressions humaines qui se sont fortement accrues sur le littoral du continent ces cinquante dernières années.

On peut notamment citer plusieurs oiseaux (le grand gravelot, l’océanite tempête ou le puffin des anglais), le phoque gris ou des espèces végétales telles que l’oseille des rochers ou le chou marin.

L’archipel de Molène porte une responsabilité au niveau national pour la protection de ces espèces, notamment les oiseaux marins.

Les modalités de la concertation

Le Préfet du Finistère et le Préfet maritime de l’Atlantique ont demandé au Parc naturel marin d’Iroise de prendre en charge le travail de concertation. La réunion de ce jour est une première étape de la phase de concertation et de présentation du projet. D’ici l’été, deux autres réunions seront organisées avec les parties prenantes. Une fois la concertation terminée, le projet sera soumis à enquête publique et à délibération des instances concernées.

Communiqué de l’Agence française pour la biodiversité, 07/02/19