Défense
Premiers éléments d'enquête sur le crash d'un Super Étendard

Actualité

Premiers éléments d'enquête sur le crash d'un Super Étendard

Défense

Le 21 mars dernier, un avion de chasse Super-Étendard modernisé (SEM) de de Landivisiau s'abîmait en mer au cours d'un vol d'entraînement, au sud de Cavalaire. Le pilote avait pu s'éjecter et être récupéré par un Super-Frelon basé à Hyères . Une enquête est en cours, conduite par le bureau enquête accident de la défense (BEAD), qui traite de tous les accidents des avions d'état. « Le jour de l'accident, deux SEM étaient en patrouille. Le pilote a pu prévenir son leader qu'il avait un problème avec son moteur, avant de s'éjecter. La décision de récupérer l'épave sera prise après investigation de celle-ci », précise la Marine nationale. « En effet, cela dépendra de l'état de l'épave, et de la profondeur par laquelle elle gît, qui peut aller jusqu'à 600 mètres ».
Chargés de l'attaque au sol et capables de délivrer un missile nucléaire ASMP, les SEM sont embarqués sur le porte-avions Charles de Gaulle. Ils sont progressivement remplacés par les Rafale.

Aéronautique navale | Toute l'actualité des aéronefs et flottilles de la marine Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française