Défense
Près de 3000 marins du groupe aéronaval français vaccinés contre la Covid-19

Actualité

Près de 3000 marins du groupe aéronaval français vaccinés contre la Covid-19

Défense

Avant leur prochain déploiement, qui doit débuter mi-février, les marins du groupe aéronaval (GAN) français font l’objet d’une campagne de vaccination contre la Covid-19. Conduite à Toulon par le Service de santé des armées, elle a débuté jeudi 21 janvier et doit s’achever ce vendredi 29. Huit jours pour vacciner près de 3000 marins du porte-avions Charles de Gaulle et de son escorte, qui doivent partir pendant quatre mois en opération en Méditerranée orientale, mer Rouge et océan Indien. Sur les 3192 marins armant les unités du GAN, 2800 étaient vaccinés mardi soir et 126 autres doivent l’être d’ici demain. Le solde comprend environ 200 personnes qui ne peuvent pas, pour des raisons médicales, être vaccinées, et une cinquantaine seulement de militaires ayant refusé la piqûre, ce qui est leur droit.

Cette campagne de vaccination a été décidée pour éviter que se reproduise l’épidémie survenue sur le Charles de Gaulle et une partie de son escorte l’année dernière. Le GAN avait été pour mémoire obligé d’écourter la fin de sa précédente mission et de regagner Toulon précipitamment début avril après une explosion du nombre de cas à bord. Plusieurs marins avaient été hospitalisés. Sur 2010 tests réalisés au sein du groupe aéronaval à son retour en France, 1081 s’étaient révélés positifs, en majorité sur le porte-avions, la diffusion du coronavirus ayant été facilitée par la promiscuité régnant sur ce bâtiment. Depuis, des mesures ont été prises pour limiter les risques et adapter certains locaux. Mais il reste toujours 2000 personnes dans un espace réduit. D’où la campagne de vaccination, qui va être doublée d’une période de quatorzaine des équipages avant le départ en mission.

Cette campagne de vaccination a évidemment provoqué quelques remous, puisqu’elle intervient alors que les services sanitaires ont des difficultés, depuis plusieurs jours, à répondre aux demande de la population pour se faire vacciner (la campagne se concentre toujours sur les personnes de plus de 75 ans et celles considérées à risque). Il convient néanmoins de noter que le traitement des marins du GAN a débuté au moment où la campagne de vaccination était en pleine montée en puissance (plus de 120.000 par jour les 21 et 22 janvier), juste avant qu’elle se réduise sensiblement (il n’y en a eu que 66.000 lundi) du fait de la baisse surprise des livraisons de vaccins par les fabriquants. Les près de 3000 marins vaccinés représentent cependant une part infime (0.27%) des 1.1 million de Français vaccinés depuis trois semaines.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française