Défense
Présidence de DCNS : La désignation du lauréat se fait attendre

Actualité

Présidence de DCNS : La désignation du lauréat se fait attendre

Défense

A un mois du départ en retraite de Jean-Marie Poimboeuf et quelques jours avant la trêve des confiseurs, le successeur du président de DCNS n'a toujours pas été nommé. Et l'annonce que certains attendaient hier, en marge du Conseil des ministres, n'est pas intervenue. Les bruits de coursives donnent toujours Patrick Boissier comme grand favori. L'ancien président des chantiers de Saint-Nazaire aurait la préférence de l'Elysée et du ministère de la Défense face à Jean-Georges Malcor, directeur général de Thales, que beaucoup, chez DCNS (y compris au sein des syndicats), auraient pourtant bien vu à la tête du groupe naval de défense.
Bernard Planchais, bras droit de Jean-Marie Poimboeuf, et Hervé Guillou, d'EADS, étaient également cités dans la course à la présidence des anciens arsenaux (ex-Direction des Constructions Navales).
Contrairement à ce que nous indiquions mardi (par habitude historique de l'administration DCN), le président n'est plus nommé en Conseil des ministres, DCNS étant aujourd'hui une société de droit privé. Le lauréat sera d'abord nommé au conseil d'administration du groupe, qui le proposera au poste de président. Ce choix sera évidemment validé par le président de la République, l'Etat détenant encore 75% du capital du groupe (et Thales les 25% restants).

Naval Group | Actualité industrie navale de défense