Divers
Présidentielle : La compétitivité des ports et le développement du transport multimodal

Actualité

Présidentielle : La compétitivité des ports et le développement du transport multimodal

Divers

L'an passé, quelques 384 millions de tonnes de marchandises ont été traitées par les ports français, soit 3.2% de plus qu'en 2005. Si Marseille a atteint de nouveau la barre des 100 millions de tonnes, le premier port de France reste très en retrait par rapport à ses concurrents européens, notamment en matière de conteneurs. Il en va de même pour le Havre, mieux doté avec Port 2000, mais aux capacités encore faibles par rapport à Rotterdam ou Anvers. Les ports tricolores doivent, également, faire face à la montée en puissance de leurs homologues méditerranéens, comme Valence, Barcelone ou Gênes. Dans le même temps, un autre défi se présente, celui du transport multimodal, qui doit notamment permettre d'éviter l'engorgement des routes et représente un intérêt important en matière d'environnement. L'Institut Français de la Mer et le Cluster Maritime Français ont souhaité savoir quelle politique Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy et François Bayrou comptent mettre en oeuvre s'ils sont élus à la présidence de la République.
____________________________________________________

 Question : Face au retard de la filière portuaire française en Europe, comptez-vous développer une capacité portuaire française d'éclatement (hub) pour concurrencer les capacités de la Belgique, des Pays-Bas, de l'Italie et de l'Espagne?

Ségolène Royal : Cette question ne se pose pas uniquement en termes de concurrence avec les ports belges néerlandais, italiens ou espagnols. Le trafic en Manche a atteint une telle intensité que se posera inévitablement à court ou moyen terme la question de la saturation de la Manche. Dès lors, il est impératif de rechercher une ou plusieurs solutions alternatives d'éclatement sur la côte atlantique. Ce chantier doit être ouvert.
Par ailleurs, si je regrette comme vous le « retard de la filière portuaire française », je regrette aussi que seuls des ministres socialistes, dans des gouvernements de gauche plurielle, aient eu le courage au cours de ces dernières années de poser le problème de la compétitivité des ports français et d'engager des réformes structurelles qui n'ont pas toutes pu aller à leur terme. Je pense notamment à la réforme de la gestion du domaine public maritime.

François Bayrou : Les ports européens voient passer chaque année l'équivalent de 3,5 milliards de tonnes de fret et près de 350 millions de passagers. Ils

Présidentielle : Les candidats et le monde maritime