Marine Marchande
Procès de l'Erika : Total, le Rina, l'armateur et le gestionnaire condamnés

Actualité

Procès de l'Erika : Total, le Rina, l'armateur et le gestionnaire condamnés

Marine Marchande

Le tribunal correctionnel de Paris a rendu, cet après-midi, son jugement dans le procès du naufrage du pétrolier maltais. Quatre personnes morales et physiques, dont le groupe Total, ont été condamnées à des peines d'amende mais, aussi, à un total de 192 millions d'euros de dommages et intérêts. Le juge a retenu la peine d'amende maximale prévue par la loi, soit 375.000 euros, à l'encontre de Total et de la société de certification italienne Rina. Condamnés pour pollution maritime, les deux prévenus ont été, en revanche, relaxés du chef d'inculpation de mise en danger de la vie d'autrui. Il en va de même pour l'armateur italien de l'Erika, Giuseppe Savarese, qui devra payer 75.000 euros d'amende, tout comme son gestionnaire, Antonio Pollara. Total, Rina, Savarese et Pollara devront payer solidairement 192 millions d'euros de dommages et intérêts à l'Etat, aux collectivités locales, professionnels de la mer et associations. En tout, la centaine de parties civiles réclamaient un milliard d'euros.
En ce qui concerne le fameux « préjudice écologique », le tribunal a reconnu le droit, pour les associations de protection de l'environnement. Les membres de secours, ainsi que le capitaine indien Karun Mathur, ont tous été relaxés.
On attend désormais si le groupe Total ou les autres condamnés vont faire appel du jugement.
L'Erika avait sombré en décembre 1999 au large de la Bretagne, provoquant une marée noire sur 400 kilomètres de côtes.

Accidents, pollutions