Construction Navale
Procès du Queen Mary 2 : Le parquet réclame de la prison avec sursis

Actualité

Procès du Queen Mary 2 : Le parquet réclame de la prison avec sursis

Construction Navale

Mercredi 17 octobre, l'heure était au réquisitoire dans le cadre du procès sur l'effondrement de la passerelle du paquebot géant, en novembre 2003. Pierre-Marie Block, le procureur du tribunal correctionnel de Saint-Nazaire, a réclamé des peines de prison avec sursis et des amendes à l'encontre de huit salariés des Chantiers de l'Atlantique et d'Endel, le sous-traitant qui avait posé la passerelle d'accès au Queen Mary 2. Une peine de trois ans de prison et une amende laissée à l'appréciation du tribunal a été requise à leur encontre. Le parquet a, dans le même temps, demandé que les Chantiers de l'Atlantique et Endel, qui comparaissent comme personnes morales, soient condamnés à 225.000 euros d'amende chacun, soit le maximum encouru. D'autre part, le procureur demande 7500 euros de contravention pour les neuf victimes dont les blessures ont entraîné des interruptions temporaires de travail inférieures à trois mois. Pierre-Marie Block a estimé que des erreurs avaient été commises dans la conception et l'utilisation de la passerelle. Selon lui, l'accident a été engendré par une accumulation de fautes.
Protestant contre ces réquisitions, les parties civiles ont quitté, le lendemain, la salle d'audience durant quelques heures. Les familles des victimes réclament, notamment, des peines de prison ferme.
La fin du procès est attendue en début de semaine prochaine.
L'effondrement de la passerelle du Queen Mary 2, le 15 novembre 2003, avait fait 16 morts et 29 blessés.

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire