Pêche
Protection des cétacés : les pêcheurs s’engagent à suivre un plan d’action

Actualité

Protection des cétacés : les pêcheurs s’engagent à suivre un plan d’action

Pêche

La ministre de la Mer, Annick Girardin, a présenté mardi sept engagements pris par l’Etat, les scientifiques, mais aussi les pêcheurs, pour mieux protéger les cétacés dont les échouages sont en recrudescence. Le Réseau national échouages (RNE) avait comptabilisé 1152 échouages de delphinidés en 2019, contre 871 en 2018. Les pêcheurs, en particulier les chalutiers pélagiques, sont régulièrement pointés du doigt.

Pour tenter de remédier à ce phénomène, la France a mis en place un plan d’action qui au niveau européen a fait « l’objet de discussions avec les autres Etats membres présents dans le golfe de Gascogne et en particulier l’Espagne et le Portugal ». En décembre dernier les comités régionaux des pêches maritimes et des élevages marins (CRPMEM) de la façade Atlantique (Bretagne, Pays-de-la-Loire et Nouvelle Aquitaine) ont signé une charte dans laquelle il s’engagent à suivre le plan d’action pour l’hiver 2020-2021.

Sept engagements ont été pris dans ce plan : rendre obligatoire les déclarations de l’ensemble des captures accidentelles (depuis janvier 2019) ; relever les échouages, publier les données sur le site du ministère de la Mer et rendre compte de l’avancée des actions (décembre 2020) ; équiper tous les chalutiers en interaction avec les cétacés en dispositifs répulsifs acoustiques (87 bateaux) et poursuivre le développement de solutions techniques (1er janvier 2021) ; mettre en place des programmes d’observation aérienne (depuis cet hiver) ; tester l’embarquement des caméras à bord sur les fileyeurs du golfe de Gascogne à des fins de connaissances scientifiques (à partir de ce mois de février, 20 navires volontaires concernés), démarrer un projet international avec l’Espagne et le Portugal sur les captures accidentelles de cétacés (à partir du mois prochain) et, enfin, avoir mené une campagne d’observation volontaire des pêches à bord des chalutiers et des fileyeurs (fin avril).

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.