Construction Navale
Prysmian : le câblier Leonardo da Vinci a quitté la Roumanie pour la Norvège

Actualité

Prysmian : le câblier Leonardo da Vinci a quitté la Roumanie pour la Norvège

Construction Navale

Le Leonardo da Vinci, futur navire amiral de la flotte de Prysmian qui y a investi 170 millions d’euros, a été mise à l’eau pendant l’été. La coque de 171 mètres de long pour 34 de large et 27.500 tjb du nouveau câblier a ensuite quitté le chantier Vard de Tulcea, en Roumanie, pour être remorquée en direction de Brattvåg, en Norvège. Un long périple pour descendre le Danube, traverser la Méditerranée, longer le Portugal, l’Espagne et la France, puis remonter la mer du Nord jusqu’en Norvège. Vard doit y terminer l’armement, l’aménagement et les finitions. Les tableaux de distribution doivent être mis en marche en novembre. Quant aux moteurs et Azipod, ils seront lancés en janvier 2021, avant les essais en mer programmés pour mars. Prysmian pourra réceptionner le Leonardo Da Vinci au deuxième trimestre 2021. Son nouveau navire renforcera la flotte qui compte aujourd’hui trois câbliers (Giulio Verne, Cable Enterprise et Ulisse).

 

(© PRYSMIAN)

(© PRYSMIAN)

(© PRYSMIAN)

(© PRYSMIAN)

(© PRYSMIAN)

(© PRYSMIAN)

 

Ce nouveau navire DP3 a été conçu par les bureaux d’études norvégiens de Vard, basés à Ålesund. Il permettra à Prysmian de poser des câbles par grande profondeur, jusqu’à plus de 3000 mètres. Capable de monter à 14 nœuds avec 120 personnes à bord, il sera équipé de deux carrousels de 7000 (25 mètres de diamètre) et 10.000 tonnes (28 m), d’un cabestan supportant une tension de 100 tonnes et aura deux lignes de pose pour être plus flexible. Il affiche un bollard pull de 180 tonnes qui lui permet de réaliser des opérations complexes et d’utiliser des systèmes lourds pour enterrer les câbles. Mais il sera aussi en mesure de réaliser des travaux offshore, en particulier avec ses robots télé-opérés. Par ailleurs, le Leonard Da Vinci sera équipé de six générateurs diesel et deux systèmes de stockage d’énergie. Il aura trois Azipod, deux propulseurs azimutaux rétractables et deux propulseurs d’étrave.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

Vard | Toute l'actualité du constructeur naval