Croisières et Voyages
Pullmantur en redressement judiciaire

Actualité

Pullmantur en redressement judiciaire

Croisières et Voyages

Après avoir vu sa trésorerie fondre faute de rentrées financières depuis l’arrêt général de la croisière en mars suite à la pandémie, la compagnie espagnole Pullmantur a été placée en redressement judiciaire. Ses actionnaires, le fonds Cruise Investment Holding (51%) et l’armateur américain RCCL (49%) ont annoncé une réorganisation de leur filiale, dans le cadre de la législation espagnole sur l’insolvabilité des entreprises.

Les espoirs de sauver la compagnie semblent minces compte tenu de crise actuelle, des lourdes pertes engendrées par plus de trois mois d’inactivité et l’impossibilité d’envisager une reprise sérieuse avant 2021. Afin de réduire au maximum les coûts opérationnels, RCCL, qui a la propriété des trois paquebots exploités par Pullmantur, avait annoncé la semaine dernière sa volonté de les désarmer à froid. Immobilisé depuis mars aux Emirats, l’Horizon, navire de 208 mètres, 47.200 GT de jauge et 1800 passagers livré en 1990 par le chantier allemand Meyer Werft, a effectué la semaine dernière une opération de rapatriement de personnels indiens vers Mumbai. Il revient maintenant au Moyen-Orient et doit arriver demain dans le port omanais de Salaalah. Quant aux Sovereign et Monarch, paquebots de 268 mètres, 74.000 GT et 2700 passagers sortis en 1987 et 1991 des Chantiers de l’Atlantique, ils ont respectivement rejoint les 16 et 15 juin le port italien de Naples, où ils sont maintenant désarmés.

Compte tenu de leur âge et du contexte actuel, ces bateaux pourraient terminer prématurément leur carrière. La compagnie, qui avait suspendu ses activités jusqu'au 15 novembre, propose désormais aux clients ayant réservé une croisière chez elle des alternatives sur les navires de Royal Caribbean et Celebrity Cruises, filiales de RCCL. 

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Royal Caribbean