Défense
Quand Gowind devient une frégate de supériorité régionale
ABONNÉS

Focus

Quand Gowind devient une frégate de supériorité régionale

Défense

Les nouvelles corvettes de Naval Group, qui n’avaient déjà pas grand-chose à envier à certains bâtiments nettement plus lourds, bénéficient de nouvelles options qui permettent de muscler significativement leurs capacités. De quoi en faire de véritables frégates de supériorité régionale.

Les corvettes égyptiennes

Pour mémoire, deux versions de la famille Gowind ont pour le moment été vendues et sont en cours de production. Le modèle initial, adopté par l’Egypte en 2014, porte sur un bâtiment de 102 mètres de long pour 16 mètres de large et 2600 tonnes de déplacement en charge. Capable d’atteindre 25 nœuds et franchir 4500 milles à 15 nœuds avec une propulsion diesel-électrique, cette corvette, armée par 65 marins et pouvant accueillir 15 personnels supplémentaires, est conçue pour mettre en œuvre 8 missiles antinavire Exocet MM40, un système surface-air VL Mica (16 cellules), une tourelle de 76mm, deux canons de 20mm, des turbes lance-torpilles et un hélicoptère de 10 tonnes. Côté électronique, elle dispose notamment d’un système de combat SETIS, d’un radar SMART-S, d’un ensemble de moyens de guerre électronique (dont des lance-leurres Sylena), d’un sonar de coque de la famille Kingklip et d’une antenne remorquée Captas 2. Construite par le site Naval Group de Lorient, la première corvette égyptienne du type Gowind, l’Efateh, a été livrée en 2017. Les trois unités suivantes sont réalisées en transfert de technologie à Alexandrie, la première en étant au stade de la mise à l’eau. Les discussions se poursuivent dans le même temps entre Paris et Le Caire pour la commande de deux unités supplémentaires,

Naval Group | Actualité industrie navale de défense