Marine Marchande
Que va faire la France pour assurer la sécurité maritime dans le Pas-de-Calais ?

Actualité

Que va faire la France pour assurer la sécurité maritime dans le Pas-de-Calais ?

Marine Marchande

La réaction française se précise pour maintenir, à partir de la fin de l'été, un dispositif d'assistance et de sauvetage aux navires en difficulté dans le détroit du Pas-de-Calais. La décision de la Grande-Bretagne d'abandonner d'ici la fin septembre l'ensemble de ses gros remorqueurs de sauvetage, notamment l'Anglian Monarch, co-affrété avec la France depuis 2000 pour veiller sur le détroit, impose au gouvernement français de remanier son dispositif. Suite à l'annonce du projet britannique, fin 2010, les autorités françaises ont d'abord tenté de trouver une solution commune avec Londres. Mais en février dernier, lors d'une rencontre avec son homologue britannique, Nathalie Kosciusko-Moriset, ministre de l'Ecologie et des Transports, apprend que la décision britannique est irrévocable et touchera également l'Anglian Monarch. Les Anglais considèrent, en effet, que les moyens de sauvetage privés et les remorqueurs présents dans les ports sont suffisants pour assurer des missions d'assistance et de sauvetage. Ils ne cachent pas, non plus, que leur désengagement est dicté par les réductions budgétaires drastiques imposées par le gouvernement Cameron à tous les ministères. Celui des transports, comme les autres, doit se serrer la ceinture, les remorqueurs de sauvetage faisant les frais de coupes, tout comme les MRCC (Maritime Rescue Coordination Cen

Sécurité maritime