Vie Portuaire
Quel avenir attend le terminal à conteneurs du Verdon ?
ABONNÉS

Focus

Quel avenir attend le terminal à conteneurs du Verdon ?

Vie Portuaire

A la fin des années soixante, le port de Bordeaux est en pleine effervescence et les quais Louis XVIII ne désemplissent pas, tout comme le bassin à flot n°1. Les cargos affluent de tous les continents, débarquant des tonnes de marchandises dont du bois remonté de la côte occidentale d’Afrique. Pour les exportations, le port mise beaucoup sur les vins, céréales et produits régionaux très appréciés outre-atlantique. Des travaux sont alors menés pour agrandir et réaménager de nouveaux quais sur la rive gauche, plus exactement sur la commune de Bassens. Ces derniers permettent de recevoir des navires de plus fort tonnage comme les vraquiers venus pour charger des céréales mais aussi les « grumiers » amenant les troncs d'arbres africains. Jusqu’à la fin des années quatre-vingt, on pouvait voir les navires de Delmas-Vieljeux, de la Société Navale Caennaise, de la Société Navale de l’Ouest ou de Denis Frères. Quelques années plus tard, les quais du centre ville n’accueillaient plus que des unités de croisières, des bâtiments militaires ou des grands voiliers en escale.

Revenons quelques années en arrière. Car c’est sous l’ère de Jacques Chaban-Delmas, maire de Bordeaux de 1947 à 1995, que le port allait connaitre d'i

Port de Bordeaux