Divers
Quelques jours de pause pour Mer et Marine

Actualité

Quelques jours de pause pour Mer et Marine

Article gratuit
Divers

Chers lecteurs, sauf évènement majeur, le site passe pour quelques jours en mode « magazine », avant un retour de l’actualité quotidienne en début de semaine prochaine. La rédaction va en effet essayer de s’accorder un peu de repos après un longue période de travail continu, 7 jours sur 7.

Depuis le début de la crise du coronavirus, nous sommes évidemment sur le pont pour couvrir au mieux les aspects maritimes de ce moment inédit. Et complexe à gérer pour des journalistes puisqu’elle a été marquée par un flot d’informations et d’incertitudes comme nous n’en avions pas vécu depuis le 11 septembre 2001. En pire même, puisque cet évènement s’inscrit dans la durée et bouleverse la plupart des schémas qui prévalaient il y a quelques semaines encore.

Compte tenu de la désorganisation initiale de pans entiers de la société, et de situations évoluant à toute vitesse (les vérités de l’instant changeant parfois radicalement en quelques heures) il n’a pas toujours été évident, dans ce contexte, de recueillir des éléments fiables alors qu’un nombre incroyable de rumeurs et informations erronées circulaient (avec parfois, à titre d’exemple, des versions complètement divergentes dans les témoignages de personnes se trouvant sur le même bateau). Dans l’urgence, il a souvent fallu prendre beaucoup plus de temps que d’habitude pour trouver et joindre les bons interlocuteurs, réfléchir, vérifier autant que nous le pouvions et analyser les situations, pour éviter de « dégainer » trop vite et ne faire que contribuer au brouhaha ambiant. Nous avons choisi de prendre encore plus de précautions qu’en temps normal et, même si cela ne nous rend pas infaillible et retarde la diffusion d’un certain nombre articles, c’est l’unique manière d’éviter au maximum les erreurs.

Dans cette phase si particulière, nous avons aussi collectivement choisi de suspendre temporairement nos reportages sur le terrain. Aucun impératif concernant le bon exercice de notre métier de journaliste justifie en effet, pour l’instant, de ne pas suivre les règles de confinement, essentielles faut-il encore le rappeler pour ralentir l’épidémie et ainsi aider les personnels soignants à faire face à cette épreuve.

Enfin, si depuis le début de la crise nous avons proposé des articles d’intérêt public en accès libre, et toujours à minima sous forme de « crédit d’articles » (cinq consultations gratuites par mois), nous n’avons pas souhaité ouvrir l’intégralité de Mer et Marine. Cela, pour une raison très simple. Notre media vit essentiellement des abonnements, la part de la publicité étant très minoritaire et les subventions pour ainsi dire inexistantes. Cela nous garantit une pleine liberté éditoriale et bien sûr le financement de notre media, son fonctionnement et les emplois qui en dépendent, sachant que la « production » d’informations est une activité coûteuse. Or, comme chacun le comprendra, même en période de crise et de confinement, le boulanger a toujours besoin pour vivre qu’on lui achète ses baguettes. C’est ce que nous avons expliqué aux quelques lecteurs qui s’interrogeaient à ce sujet, suite notamment à des opérations de gratuité temporaire mises en place par un certain nombre de confrères, aux modèles économiques ou stratégies commerciales probablement différents.

Vous avez cependant dans votre immense majorité bien compris les enjeux et le contexte qui étaient les nôtres, ceux d’une presse indépendante qui vit d’abord grâce à l’écot de ses lecteurs. En témoignent, sans parler d’audiences en forte hausse - ce qui est normal pour tous les media en période de crise - les nombreux abonnements nouveaux et renouvelés que nous avons enregistrés ces dernières semaines. Ils nous permettent de poursuivre de manière sereine notre mission d’informer sur le secteur maritime.  

Nous tenions donc à vous remercier pour votre confiance et votre fidélité. En cette période difficile, nous vous souhaitons courage et surtout une bonne santé pour vous et ceux qui vous sont chers. Nous tenions aussi à exprimer notre soutien à nos lecteurs tombés malades ou touchés par la perte d’un proche.

Vincent Groizeleau, rédacteur en chef de Mer et Marine.