Marine Marchande
Qu’est devenu l’ancien cargo UMAG Cayenne ?

Actualité

Qu’est devenu l’ancien cargo UMAG Cayenne ?

Marine Marchande

Passée furtivement dans la grande famille des armements maritimes français du début des années quatre-vingt dix, l’Union Maritime Antilles-Guyane –UMAG- a armé un navire entre les mois de mars 1993 et août 1994 sous le nom d’UMAG Cayenne. Celui-ci était le second du nom puisque qu’une autre unité affrétée a porté ce même nom quelques mois auparavant. Il est toujours en service et navigue sous le vocable de Dodo. UMAG avait également pris sous affrètement deux autres petits cargos nommé UMAG Saint Malo qui ont été démolis il y a quelques années. L’UMAG Cayenne en est actuellement à son dixième nom depuis sa mise en service en 1984 sous le nom de Tequila Sunshine. D’un port en lourd de 4263 tonnes, celui qui avait été construit par le chantier allemand J.J Sietas établi à Neuenfelde sur l’Elbe – du typ 111a – est devenu en 1991 le Wiebke de l’armement S.A.L – Schiffahrt Altes Land – tout en conservant le pavillon germanique.

 

L’UMAG Cayenne sous le grand pavois en mars 1993 au quai Hermann du Pasquier du Havre

L’UMAG Cayenne sous le grand pavois en mars 1993 au quai Hermann du Pasquier du Havre (© MARC OTTINI)

 

C’est en mars 1993 qu’il a pris le pavillon français au registre des Kerguelen sous le nom d’UMAG Cayenne afin de d’assurer la ligne Europe du Nord – Antilles – Guyane – Nord Brésil. Petit navire pour assurer cette route transatlantique puisque long de 88,63 mètres, large de 15,45 pour un tirant d’eau de 7 mètres, il pouvait aussi bien transporter des marchandises diverses dans son unique cale longue de 51,30 mètres et d’un volume de 5848 m3 que 256 conteneurs en cale et pontée dont 20 réfrigérés. Puis devenu vraiment trop juste pour assurer cette ligne, il fut revendu. Devenu un temps le Cayenne, nous avons ensuite pu le revoir en Méditerranée en tant qu’Afris Trader, puis Afrostar. Puis il est devenu successivement l’Orient Star, le Lubava et le Darja avant de prendre le nom d’Esperanza au cours de l’été 2013 sous le pavillon exotique des Iles Cook avec Avatiu comme port d’attache.

 

L’Esperanza remonte le Bosphore en septembre 2019

L’Esperanza remonte le Bosphore en septembre 2019 (© MARC OTTINI)

 

En 2015, l’Esperanza a remonté le Bosphore entre deux remorqueurs pour rejoindre un chantier naval roumain à la suite d’une grosse avarie de son moteur de propulsion, un quatre temps semi-rapide Deutz de 12 cylindres en V – Typ SBV 12M628 – qui le propulse à la vitesse de 13,5 nœuds à travers un réducteur et une hélice à pales orientables. Son gréement est constitué de deux grues de 30 tonnes positionnées à bâbord. Avec un équipage composé de douze hommes de nationalités roumaine, égyptienne, syrienne et indienne, l’Esperanza sillonne toujours les eaux de la Mer Noire et de la Méditerranée orientale, principalement au départ de Roumanie.

Un article de Marc Ottini

 

Le Maj Danielsen est un sister-ship de l’ancien UMAG Cayenne

Le Maj Danielsen est un sister-ship de l’ancien UMAG Cayenne (© MARC OTTINI)

Le Maj Danielsen est un sister-ship de l’ancien UMAG Cayenne

Le Maj Danielsen est un sister-ship de l’ancien UMAG Cayenne (© MARC OTTINI)