Marine Marchande
Qu’est devenu l’ancien Clipper Cheyenne ?

Actualité

Qu’est devenu l’ancien Clipper Cheyenne ?

Marine Marchande

Un navire de transport de colis lourd de type semi-submersible a figuré quelques années dans la flotte française contrôlée, sous le nom de Clipper Cheyenne. Géré par la Compagnie de Navigation d’Orbigny, ce navire de 4887 tonnes de port en lourd fut construit en 1986 par le chantier néerlandais Ysselwerft de Cappelle / Ijssel sous le nom de Gruz pour la compagnie yougoslave Jadroplov. En 1996, il est acheté par le Groupe Viking et rebaptisé Clipper Cheyenne sous pavillon de Saint Vincent. Long de 100,50 mètres, large de 20,50 pour un tirant d’eau maximal de 4,87 mètres, il avait été conçu pour embarquer des cargaisons dans son unique cale soit par flottaison à travers sa porte arrière après avoir fortement ballasté, soit par levage à l’aide de ses deux grues de 200 tonnes jumelables à 400. Longue de 85 mètres pour une largeur de 15,20 – soit un volume de 6002 m3 – la cale est prévue pour recevoir des « colis » relativement importants.

 

Le Clipper Cheyenne en attente au Havre 

Le Clipper Cheyenne en attente au Havre (© MARC OTTINI)

 

Mais le 03 juin 2002, dans le port irlandais de Foynes, il effectue le chargement d’un engin de dragage destiné au port d’Algéciras par grutage quand soudain, le navire chavire sur tribord – alors qu’il est amarré bâbord à quai – et coule dans la Shannon River. L’accident serait dû à une erreur de ballastage. Ce n’est que le 07 juillet suivant que le Clipper Cheyenne est redressé, renfloué puis remorqué jusqu’à Cherbourg. Il reprend la mer après avoir passé plusieurs mois dans le port normand afin de réaliser les réparations. Puis, en 2004, il perd son préfixe pour devenir le Cheyenne, nom qu’il conserve trois ans. Il devient ensuite le Black Rhino jusqu’en 2008 puis le Condock II pour l’armement éponyme avant de devenir le Papenburg en 2013. Après quelques mois de navigation pour Harren & Partner - son nouvel armement - qui souhaite l’utiliser uniquement en navire-dock, ses deux grues sont démontées. Et depuis cette date, le Papenburg – immatriculé au registre portugais de Madère – est principalement affecté aux transports de modules préconstruits pour les chantiers navals allemands. Il peut également transporter l’équivalent de 130 Evp. Motorisé par 2 Wärtsilä 4R32 à 4 cylindres développant 1500 Kw sur 2 hélices à pas variable lui conférant une vitesse de 10 nœuds, il est équipé de 2 alternateurs attelés, 2 diesel-alternateur et possède un propulseur d’étrave de 340 Kw.

Texte et photos: Marc Ottini