Marine Marchande
Qu’est devenu l’ancien Monte Rotondo de la SNCM ?

Actualité

Qu’est devenu l’ancien Monte Rotondo de la SNCM ?

Marine Marchande

Les Ateliers et Chantiers de La Rochelle-Pallice (ACRP) livraient le 14 janvier 1973 l’un des tout premiers RoPax de 5127 Tjb à la Compagnie Générale Transméditerranéenne. Réalisé sur la base d’une coque initialement destinée à la construction d’un grand chalutier pour Terre Neuve, il allait devenir le Monte Rotondo. Long de 109,50 mètres pour une largeur de 17,53, il est conçu avec un tirant d’eau relativement faible lui permettant de desservir des ports secondaires de la Corse.

Le navire changera de couleurs sur sa cheminée en mars 1976 lorsque la CGTM deviendra la Société Nationale Corse Méditerranée – SNCM. Son garage dont le pont supérieur est découvert propose une longueur de roulage de 660 mètres linéaires, ce qui correspond à 55 camions ou 333 voitures de tourisme. Avec une modeste capacité de 32 passagers logés dans 9 cabines – portée par la suite à 73 – le Monte Rotondo (du nom d’un sommet situé au centre de la Corse et culminant à 2622 mètres) allait assurer les liaisons entre le continent et l’Ile de Beauté jusqu’à la fin de l’année 2001.

 

Le Monte Rotondoaux couleurs de la SNCM amarré le long de la digue du large à Marseille en 1998

Le Monte Rotondoaux couleurs de la SNCM amarré le long de la digue du large à Marseille en 1998 (© MARC OTTINI)

 

Le 1er août de l’année suivante, il est vendu et prend la direction d’Istanbul sous le nom de Lale Unaldi. Puis en 2005, il rejoint l’armement Tramola Tasimacilik et devient le Tramola 1. Depuis cette date et toujours très bien entretenu, l’ancien Monte Rotondo assure des rotations régulières en mer de Marmara entre Ambarli et Bandirma en alternance avec le Tramola 2.

 

Le Tramola 1 à son arrivée à Ambarli en juillet 2015 quelques semaines avant de passer en carénage (© MARC OTTINI)

Le Tramola 1 à son arrivée à Ambarli en juillet 2015 quelques semaines avant de passer en carénage (© MARC OTTINI)

 

Propulsé à 17 nœuds par 2 SEMT-Pielstick de 8 cylindres en ligne développant 6252 Kw, il possède trois diesel-alternateurs de 490 Kw chacun. Pour l’assister dans ses manœuvres, le Tramola 1 est équipé d’un propulseur d’étrave de 220 Kw. Comme à l’origine, il est armé par un équipage composé de 7 officiers et 32 marins.

Texte et photos : Marc Ottini