Marine Marchande
Qu’est devenu l’ancien Nord-Pas de Calais ?

Actualité

Qu’est devenu l’ancien Nord-Pas de Calais ?

Marine Marchande

Chacun se souviendra du dernier train-ferry Nord-Pas de Calais de la branche maritime de la SNCF. Cet unique exemplaire au look futuriste lorsqu’il fut sorti des Ateliers et Chantiers de France Dunkerque en fin d’année 1987 aura navigué sous le pavillon tricolore pendant 29 ans. La pose de la première tôle a eu lieu début 1987 pour un lancement le 15 avril suivant.

 

Le train ferry Nord Pas-de-Calais à ses débuts (© HUBERT THOUVENOT)

Le train ferry Nord Pas-de-Calais à ses débuts (© HUBERT THOUVENOT)

 

Long de 160,08 mètres pour une largeur de 22,40 et un tirant d’eau de 5,92 mètres, le Nord-Pas de Calais a navigué entre Dunkerque et Douvres sous les couleurs de la SNCF, puis de la SNAT pour le transport de wagons jusqu’en 1996. Sa capacité est à cette époque de 45 poids-lourds et 600 ml de fret ferroviaire ou 90 poids-lourds – soit 1390 ml – répartis dans un entrepont-garage puis sur un pont supérieur exposé pour du fret routier uniquement et 95 passagers. L’embarquement et le débarquement s’effectuaient par une double passerelle à travers deux portes, une à l’arrière et une sur l’avant. Mais suite au désengagement de la SNCF puis de la SNAT et la création de Seafrance, le navire prend le nom de Seafrance Nord-Pas de Calais et abandonne définitivement le fret sur rail. Il devient un fréteur pour 90 pièces et sa capacité est portée à 160 passagers. De 1996 à 2012, il navigue entre Calais et Douvres. Puis de longs et pénalisant mouvements syndicaux ont raison de la compagnie qui est contrainte de déposer le bilan. Quelques mois plus tard, la Scop « My Ferry Link » est créée par des anciens salariés de Seafrance et le navire perd son préfixe pour retrouver son nom d’origine après un grand carénage à Dunkerque. Avec des emménagements complètement rénovés, le « NPC » fait son grand retour sur le Détroit où une sévère concurrence sévit.

 

Arrivée à Calais aux couleurs de My Ferry Link en mars 2013 (© MARC OTTINI)

Arrivée à Calais aux couleurs de My Ferry Link en mars 2013 (© MARC OTTINI)

 

 

En juin 2015, après que les tribunaux aient scellé le sort de My Ferry Link, le fréteur regagne le quai Freycinet à Dunkerque pour une énième période de désarmement. En mai 2016, les anciens employés ayant participé à sa construction ont dû éprouver une certaine nostalgie en regardant leur dernier « bébé » passer les digues du port pour la dernière fois. Affrété par la société FRS Iberia, il a pris la direction de l’Espagne où il est exploité depuis cette date sur différentes lignes sous le nom d’Al Andalus Express : actuellement la liaison Algésiras-Tanger après avoir oeuvré sur la route Palma de Majorque-Valence et avant sur le détroit de Gibraltar ou entre l’Espagne et les Canaries. Devenu propriété de FRS Iberia il y a trois ans, le navire a été mis au standard espagnol et propose désormais une capacité de 1275 ml et 215 passagers.

 

L’Al Andalus Express aux couleurs de FRS Iberia Express en juillet 2019, avec sa nouvelle rampe arrière (© MARC OTTINI)

L’Al Andalus Express aux couleurs de FRS Iberia Express en juillet 2019, avec sa nouvelle rampe arrière (© MARC OTTINI)

L’Al Andalus Express aux couleurs de FRS Iberia Express en juillet 2019 (© MARC OTTINI)

L’Al Andalus Express aux couleurs de FRS Iberia Express en juillet 2019 (© MARC OTTINI)

 

Côté technique, l’ex Nord-Pas de Calais est équipé de deux Diesel semi-rapides Sulzer du type V 16 ZA40 d’une puissance unitaire de 9016 Kw (12250 ch) à 580 trs/mn entraînant deux hélices à pas variable lui assurant une vitesse de 21,5 nœuds. La puissance électrique est réalisée par deux alternateurs attelés Jeumont Schneider de 1000 et 1200 kwh et trois Diesel-alternateur Wärtsilä de 810 kwh. Pour le confort des passagers, l’Al Andalus Express est doté d’une paire de stabilisateurs à ailerons repliables ACH. Son équipage actuel est composé de 47 personnes.         

Un article de Marc Ottini