Croisières et Voyages
Qu'est devenu l'Azur des Croisières Paquet?

Actualité

Qu'est devenu l'Azur des Croisières Paquet?

Croisières et Voyages

Le 16 octobre 1970, le chantier Dubigeon Normandie lançait sur son site nantais un car-ferry de 9159 tonneaux de jauge brute au numéro de coque 123. Livré à l’armateur P&O Southern Ferries sept mois plus tard – le 16 mai 1971 – le car-ferry Eagle était destiné à assurer une ligne régulière entre Southampton, Lisbonne et Tanger. Quelques mois plus tard, il est victime d’une énorme vague alors qu’il traverse le Golfe de Gascogne. Plusieurs vitres de sa timonerie cassent sous le poids de l’eau et un incendie se déclare à bord, mais il est très vite maitrisé par l’équipage. Il rejoint Southampton sous une allure réduite et les réparations sont effectuées.

Mais après trois ans de bons et loyaux services, l’Eagle est désarmé faute de fret suffisant pour pérenniser la ligne. La Nouvelle Compagnie de Paquebots – NCP – une filiale des Chargeurs Réunis qui est beaucoup plus connue sous la marque commerciale « Croisières Paquet » l’achète en décembre 1975. Transformé à Marseille pour le proposer sur le marché des croisières pour 560 passagers, il entre en service sous le nom d’Azur le 03 avril 1976 et effectue sa croisière inaugurale sur l’Italie et la Grèce. L’année 1978 est marquée par un blocage de plusieurs semaines par son équipage s’opposant à l’embarquement de personnel ADSG indonésien. (ADSG – Agents Du Service Général). Néanmoins il reprend le rythme de ses croisières de 7 ou 14 jours en Méditerranée. Victime d’un incendie sans gravité dans ses cuisines au cours de l’été 1980 alors qu’il transitait en Mer Egée, l’Azur est fortement apprécié de la clientèle française. A tel point que la NCP le confie au chantier Mariotti de Gênes à la fin de l’année 1981 pour lui faire subir de profondes transformations. Ces dernières consistent à aménager son garage prévu à l’origine pour 270 voitures. C’est donc sur deux ponts - le pont principal du garage et son car-deck – que les cabines sont insérées et la porte-rampe arrière supprimée. Une seconde piscine est créée sur l’arrière et l’ensemble de ses emménagements sont rénovés et modernisés. Devenu un paquebot pur, l’Azur nouvelle version retrouve son port base de Toulon en mai 1982 pour embarquer 770 croisiéristes et poursuit sa navigation méditerranéenne.

 

L'Azur (CROISIERES PAQUET)

L'Azur (CROISIERES PAQUET)

L'Azur en 1980 (MARC OTTINI)

L'Azur en 1980 (MARC OTTINI)

 

Malheureusement en 1987, avant même que Paquet tombe dans le giron de Costa (en 1993), l’Azur est désarmé à Lisbonne. La société Medov s’en porte acquéreur et le rebaptise The Azur sous pavillon panaméen au profit de l'armement grec Chandris. En 1994, il passe sous la bannière de Festival et devient à cette occasion le premier navire de la compagnie. Mais Festival tombe en faillite et The Azur se retrouve de nouveau désarmé à Gibraltar. Mano Cruises, un armement israélien met la main dessus et le renomme Eloise pour quelques mois puisqu’il devient très rapidement le Royal Iris. Avec une peinture de coque très décorative, il navigue entre Israël, Chypre et la Turquie jusqu’au début novembre 2014 où il est mis à quai dans le chantier grec de Chalkis. Il restera de longs mois sans emploi jusqu’au jour où les compagnies russes Sovfracht et Rosmorport le rachètent pour la somme de 11,2 millions d’Euros. Après quelques travaux de remise en marche dans le chantier grec, le paquebot part pour la Mer Noire afin d’assurer des mini croisières familiales au départ de la Crimée entre Novorossiysk, Yalta, Sevastopol et Sochi. Immatriculé sous pavillon russe et enregistré à Novorossiysk, le Knyaz Vladimir (Prince Vladimir 958-1015 qui fut Prince de Novgorod La Grande) est proposé sous la marque de Black Sea Cruises. Victime de son succès, il vient de subir un arrêt technique majeur qui lui promet de beaux jours pour ses 48 ans.

 

Le Royal Iris aux couleurs de Mano (MARC OTTINI)

Le Royal Iris aux couleurs de Mano (MARC OTTINI)

 

Long de 142,12 mètres et large de 22,64 pour un tirant d’eau de 5,5 mètres, le Knyaz Vladimir est motorisé par ses deux moteurs Pielstick d’origine, à savoir des PC 3-V de 12 cylindres développant au total 16035 Kw (21800 chevaux). Il est équipé de 2 propulseurs d’étrave Kamewa de 440 Kw et de stabilisateurs anti-roulis à ailerons Sperry Gyrofin. Il est équipé de 5 Diesel-alternateur de 520 Kw – 450 v/60 Hz. L’équipage total est de 278 personnes.

Texte et photos : Marc Ottini