Défense
A quoi ressemblera l'US Navy en 2040 ?

Actualité

A quoi ressemblera l'US Navy en 2040 ?

Défense

L'US Navy a présenté au Congrès américain un nouveau plan de développement à 30 ans, qui comprend des évolutions significatives par rapport aux dernières prévisions de ce type (2005). Ce plan tient compte des derniers arbitrages de l'administration Obama et des décisions du président pour le budget 2011. Il fixe comme objectif de disposer d'une flotte de 301 bâtiments en 2040. Le nombre de porte-avions, qui va passer à 11 au cours de cette décennie, tomberait à 10 dans 30 ans, époque au cours de laquelle la classe Nimitz sera déjà partiellement désarmée.

Un SNLE du type Ohio (© : US NAVY)
Un SNLE du type Ohio (© : US NAVY)

La composante stratégique serait également réduite. Le plan envisage, en effet, seulement 12 nouveaux sous-marins nucléaires lanceurs d'engins pour remplacer les 14 Ohio actuellement en service. Les spécifications des futurs SNLE, appelés SSBN(X), devraient être présentées cette année pour une mise en service à partir de 2019. Une taille plus petite est envisagée avec un emport de 16 missiles balistiques (contre 24 pour les Ohio). Rien n'est en revanche décidé concernant le remplacement des quatre Ohio convertis en sous-marins lance-missiles de croisière et équipés pour les opérations spéciales.

Vue du DDG-100, ex-DD(X) (© : US NAVY)
Vue du DDG-100, ex-DD(X) (© : US NAVY)

Destroyer du type Arleigh Burke (© : US NAVY)
Destroyer du type Arleigh Burke (© : US NAVY)

Priorité aux Arleigh Burke et LCS face aux DDG-1000 et CG(X)

Confrontée aux restrictions budgétaires et à l'évolution des menaces, la plus puissante marine du monde est contrainte de faire une croix sur deux programmes majeurs. Celui des destroyers furtifs de la classe Zumwalt (type DDG-1000) sera interrompu à la troisième unité. Initialement, 30 étaient prévus, avant que le chiffre ne soit progressivement ramené à 10, puis 7. Ces bâtiments de 10.000 tonnes, extrêmement complexes, sont également très chers, puisque le coût final des trois premiers pourrait atteindre 6 milliards de dollars. Quant au programme de nouveaux croiseurs CG(X) destiné à remplacer les Ticonderoga, il ne devrait pas voir le jour. En revanche, le nombre de destroyers lance-missiles du type Arleigh Burke sera au moins porté à 70 unités (contre 62), ces bâtiments devant intégrer les derniers équipements mis au point en matière de défense antimissile. A ce titre, le développement de l'Advanced Missile Defense Radar (AMDR) est confirmé.

LCS proposé par Lockheed Martin (© : US NAVY)
LCS proposé par Lockheed Martin (© : US NAVY)


LCS proposé par le team GD (© : GENERAL DYNAMICS)
LCS proposé par le team GD (© : GENERAL DYNAMICS)

Si les gros bâtiments n'ont donc pas la part belle dans ces prévisions, l'accent sera en revanche mis sur les opérations littorales. Le programme Littoral Combat Ship devrait être renforcé, l'objectif étant désormais de 66 unités (contre 55 précédemment). La Navy prévoit, en outre, de disposer de 23 Joint High Speed Vessel (JHSV), futurs navires rapides devant notamment assurer le transport de troupes et de matériel, mais dont les compétences pourraient être étendues.

Vue du futur LHA 6 (© : US NAVY)
Vue du futur LHA 6 (© : US NAVY)

Composante amphibie et unités logistiques

Le nouveau plan de l'US Navy tire en revanche un trait sur les projets de remplacement des bâtiments de commandement. Faute de successeurs, les Blue Ridge et Mount Whitney, construits dans les années 70, seront prolongés jusqu'en 2029. En matière de porte-hélicoptères d'assaut et de transports de chalands de débarquement, la marine américaine considère que cette composante ne peut être réduite en deçà de 33 unités, minimum nécessaire pour assurer la projection de deux brigades de Marines et leurs équipements.

Ravitailleur du type Lewis and Clark (© : US NAVY)
Ravitailleur du type Lewis and Clark (© : US NAVY)

La Navy prévoit aussi la création de trois Maritime Prepositioning Squadrons, dotés chacun d'un transporteur ravitailleur (T-AKE), une nouvelle plateforme de débarquement et un navire roulier.
Concernant la flotte logistique, le plan prévoit une standardisation autour de deux types de navires : des ravitailleurs polyvalents du type T-AKE (dont font partie les nouveaux Lewis and Clark), ainsi qu'une nouvelle génération de pétroliers ravitailleurs à double coque : les T-AO(X).

 (© : US NAVY)
(© : US NAVY)

US Navy / USCG