Divers
Qu'on se rassure, Mer et Marine n'a pas viré qu'au « gris militaire »

Actualité

Qu'on se rassure, Mer et Marine n'a pas viré qu'au « gris militaire »

Divers

Mer et MarineS de guerre et de commerce, ports, construction navale, offshore, croisière... Que nos lecteurs du secteur civil se rassurent, le site n'a pas, brusquement, changé sa ligne éditoriale pour se consacrer, uniquement, aux bateaux gris. Cette semaine de vacances scolaires était, il est vrai, un peu particulière, dans la mesure où elle coïncidait avec le salon Euronaval. Evènement incontournable du secteur naval de défense, qui est l'un des plus gros pourvoyeurs d'emplois en France, ce salon international méritait, à notre sens, un place importante dans Mer et Marine, d'autant qu'il ne se tient que tous les deux ans.
Habituellement, nous ne diffusons pas d'articles pendant les vacances scolaires. Non que nous en profitions pour nous détendre tous les mois et demi sous les cocotiers, mais parce que notre petite équipe (deux personnes au quotidien) profite de ces périodes plus creuses pour partir en reportage, chose quasiment impossible en temps normal vu le travail important que réclame la rédaction quotidienne des articles. Plutôt que de ne pas diffuser, nous avons donc choisi, pour ces vacances de la Toussaint, de nous mobiliser pour mieux faire connaitre la navale militaire en France et à l'étranger. Certains lecteurs nous ont fait part de leur étonnement, voire de leur inquiétude, de ne trouver cette semaine, dans leur newsletter, que des sujets liés aux marines militaires. Qu'ils soient donc rassurés. Dès la semaine prochaine, un traitement plus généraliste de l'actualité maritime - qui fut au demeurant calme cette semaine - leur sera comme d'habitude proposé.

Nous tenions toutefois à souligner que les sujets de défense, de sécurité et de sûreté maritime touchent directement la plupart des secteurs civils, qu'il s'agisse des ports, du trafic maritime ou encore de la protection et de la surveillance des routes commerciales et des zones de pêche. Il en va de même de la lutte contre le narcotrafic, dont le but est, faut-il le rappeler, d'empêcher les cargaisons de drogue de toucher nos côtes. N'oublions pas, non plus, le sauvetage en mer, où les moyens de l'Etat, aux côtés des bénévoles de la SNSM, réalisent un travail formidable et souvent périlleux pour sauver des usagers de la mer ou empêcher des pollutions. Ce sont aussi des navires militaires que l'on retrouve de plus en plus fréquemment engagés dans des opérations humanitaires ou des évacuations de ressortissants, comme ce fut le cas à l'été 2006 au Liban.
Au-delà des nombreux emplois et des développements technologiques dont les retombées dépassent souvent le simple domaine militaire, ce sont tous ces moyens concourant à la protection des Etats que nous avons voulu, cette semaine, présenter à l'ensemble de nos lecteurs.

On peut, bien sûr, ne pas être admiratif de la chose militaire. Force est néanmoins de constater qu'en France, notamment, la Marine nationale est essentielle à la protection des intérêts civils. Et, si ses bâtiments sont faits pour la guerre, ils sauvent finalement bien plus de vies qu'ils n'en prennent.
_________________________________________
L'Equipe éditoriale de Mer et Marine