Pêche
Quotas de pêche : L'Elysée jette un pavé dans la mare européenne

Actualité

Quotas de pêche : L'Elysée jette un pavé dans la mare européenne

Pêche

En déplacement samedi à Boulogne, Nicolas Sarkozy a créé l'étonnement mais aussi l'agacement sur la question des quotas de pêche. A la surprise générale, le président de la République a, en effet, estimé qu'il fallait assouplir les quotas, établis chaque année à l'issue de difficiles négociations entre les 27 pays membres de l'Union Européenne. La présidence française de l'UE, qui débute en juillet prochain, « est une opportunité pour sortir de l'affaire des quotas » a affirmé le chef de l'Etat devant plusieurs centaines de pêcheurs nordistes. Ces déclarations ont suscité de nombreuses réactions. Alors que le Parti Socialiste dénonce une posture « électoraliste » à l'approche des municipales, Jacques Barrot, Commissaire européen, a rappelé que la France ne pouvait remettre en cause, unilatéralement, la politique européenne des pêches. « Il est possible pour la France d'ouvrir la réflexion mais son rôle, lorsqu'elle occupera la présidence, est d'abord de trouver un accord et elle ne peut agir seule », a-t-il précisé hier sur Europe 1. L'émotion est également très forte du côté des organisations environnementales, dont beaucoup estiment que la surpêche menace de nombreuses espèces. « Si l'idée de monsieur Sarkozy est d'assouplir le système pour accroître les possibilités de pêche, c'est un scandale (et) ça n'a pas de sens alors que l'effort des Européens devrait à l'inverse être de mettre en place un système qui préserve plus efficacement les poissons », a souligné à l'AFP Charles Braine, spécialiste des dossiers de pêche pour le WWF.
Outre ces annonces, le président a assuré aux pêcheurs du Nord Pas-de-Calais qu'ils bénéficieraient également du plan de 310 millions d'euros destiné à relancer la filière. S'estimant lésés par rapport à leurs collègues bretons et normands, les professionnels avaient bloqué, mercredi dernier, les ports de Calais et Boulogne.