Divers
Rafale: Dassault Echoue à Singapour

Actualité

Rafale: Dassault Echoue à Singapour

Divers

La France espèrait bien faire un doublé avec l'état de Singapour. Après la vente des six frégates Delta, dont la tête de série, le Formidable, a été livrée par DCN Lorient peu avant l'été; Thales et Dassault aviation comptaient bien réaliser la première vente de Rafale à l'export. Il n'en sera rien. Singapour a en effet annoncé cette semaine que la commande d'avions de chasse serait passée avec les américains de Boeing. Le F 35, encore au stade du développement, a été préféré au Rafale. Selon Dassault aviation, deux raisons peuvent expliquer cet échec. Tout d'abord, la faiblesse du dollar. Le cours de la monnaie américaine, inférieur de près de 30% à l'euro, "constitue un handicap certain pour la compétitivité économique de l'offre française". Ce problème est déjà bien connu dans les chantiers navals européens qui font face, depuis quelques années, aux réticences des groupes américains pour commander des paquebots. L'autre raison invoquée par l'avionneur français est plus basique et sans doute plus pertinente: Le poids politique des Etats-Unis, premier fournisseur de l'armée singapourienne. "Le poids américain donne une fois de plus raison au proverbe chinois : Le bambou penche toujours du côté de celui qui pousse le plus fort", indique Dassault dans un communiqué. Le groupe, compte tenu de son offre, estimait pourtant avoir de bonnes chances: "Compte-tenu de la qualité de la proposition Rafale et de son adéquation aux critères techniques et opérationnels de l'appel d'offres, l'ouverture vers une double source d'approvisionnement semblait possible. Ce n'a pas été le cas". Dassault Aviation, qui n'a vendu à ce jour son Rafale qu'aux armées françaises, passe donc à côté d'un marché d'une vingtaine d'appareil. Ce contrat est estimé à plus d'un milliard de dollars.
A ce jour, 120 des 294 prévus pour l'armée de l'air et la marine ont été commandés. La dernière tranche signée porte sur 59 appareils, dont 13 pour l'aéronavale. Inclu dans la loi de programmation 2003 - 2008, ce contrat s'élève à 3,1 milliards d'euros ( 1,5 milliard pour Dassault, 600 millions pour le motoriste Snecma et 500 millions pour Thales).