Défense
Rafale : Et maintenant, la marine indienne ?

Focus

Rafale : Et maintenant, la marine indienne ?

Défense

La France et l’Inde ont signé le 23 septembre, à New Delhi, le contrat finalisant l’achat de 36 avions de combat Rafale, destinés à renouveler les moyens de l’Indian Air Force (IAF). Après l’Egypte et le Qatar, qui ont acquis chacun 24 appareils en 2015, c’est un succès majeur pour Dassault Aviation et ses partenaires, au premier rang desquels Thales et Safran. Mais, avant tout, c’est une nouvelle preuve de confiance dans le Rafale, dont plus personne ne remet désormais en cause les capacités ni les performances, largement démontrées au travers des multiples interventions menées ces dernières années par l’armée de l’Air et l’aéronautique navale françaises, que ce soit en Afghanistan, en Libye, au Mali, en Irak ou encore en Syrie.

N’en déplaise à ses détracteurs, qui l’ont depuis 15 ans si souvent et injustement brocardé, omettant sciemment ou par méconnaissance, l’environnement politique et géostratégique encadrant les commandes, ainsi que les aléas et durées de montée en puissance inévitables pour des programmes aussi complexes. Le Rafale est, n’ayons pas peur des mots, une formidable réussite, qui s’impose, enfin, comme une fierté pour la France et son industrie, au sein de laquelle le programme mobilise quelques 500 entreprises et 7000 salariés.

 

Rafale Air (© DASSAULT AVIATION - K. TOKUNAGA)

Rafale Air (© DASSAULT AVIATION - K. TOKUNAGA)

 

Lauréat d’une âpre compétition intern

Marine indienne | Toute l'actualité de la Bharatiya Nau Sena Dassault Aviation | Toute l'actualité aéronautique navale Naval Group | Actualité industrie navale de défense