Disp POPIN non abonne!
Défense
Rafale : L’idée d’un groupe aérien embarqué franco-belge

Actualité

Rafale : L’idée d’un groupe aérien embarqué franco-belge

Défense

Voir à l’avenir le Charles de Gaulle en opération avec à son bord des Rafale Marine français mais aussi les mêmes avions avec des cocardes belges… C’est l’une des possibilités offertes par le partenariat global proposé par la France à la Belgique dans le cadre du projet de renouvellement des F-16 belges.

 

F-16 belge lors du Tiger Meet 2017 à Landivisiau (© MICHEL FLOCH)

F-16 belge lors du Tiger Meet 2017 à Landivisiau (© MICHEL FLOCH)

 

En dehors de l’appel d’offres

Ce dernier fait pour mémoire l’objet d’un appel d’offres international, lancé en mars et portant sur l’acquisition de 34 nouveaux avions de combat. Deux appareils sont en lice : le F-35 de l’américain Lockheed-Martin et le Typhoon du consortium européen Eurofighter. Considérant que l’appel d’offres était construit sur mesure pour le F-35, la France a décidé de proposer son Rafale en dehors de cette procédure, via un partenariat plus large, stratégique et économique, d’Etat à Etat. Une solution alternative qui va bien au-delà de la seule livraison des avions et de l’association d’entreprises locales au programme. D’autres volets majeurs y sont associés au travers d’une centaine de projets industriels et technologiques pour lesquels, selon Paris, pas moins de 150 sociétés du royaume peuvent être impliquées. Parmi ces initiatives, il y a par exemple la création par Thales, en Belgique, d’un grand centre dédié à la cyber-sécurité, un projet annoncé lors du salon Eurosatory.

L’idée d’un général belge

Sur le plan opérationnel, la France a également ouvert son offre à l’acquisition éventuelle, si la Belgique le souhaite, de Rafale Marine. L’aéronautique navale française, qui en aligne une quarantaine, les met en œuvre sur le Charles de Gaulle, ces appareils opérant également régulièrement, dans le cadre d’échanges, sur des porte-avions américains. Le Rafale Marine est aussi en compétition pour équiper les nouveaux porte-avions construits par l’Inde, qui a déjà choisi l’appareil de Dassault pour ses forces aériennes, tout comme l’Egypte et le Qatar. Et d’autres pays pourraient rapidement suivre. L’avion français, qui est éprouvé au combat et qui a démontré son efficacité sur de nombreux théâtres d’opération depuis plus d’une décennie (Afghanistan, Libye, Mali, Irak, Syrie) suscite un intérêt de plus en plus fort grâce à ses multiples capacités : 14 points d’emport destinés à des bidons, des bombes GBU et missiles AASM pour l’attaque au sol, les frappes à grande portée avec des missiles de croisière Scalp EG, la lutte antinavire avec l’Exocet AM39, la défense aérienne avec un canon de 30mm, des missiles Mica EM/IR et bientôt des Meteor, le renseignement avec un pod de reconnaissance, la fonction « nounou » de ravitaillement en vol et même la dissuasion nucléaire avec l’ASMPA.

L’idée que la Belgique puisse disposer de Rafale Marine reviendrait en fait, initialement, à un général belge. Ce dernier y voyait logiquement l’opportunité d’accroître le profil d’emploi de l’aviation belge en lui donnant la capacité d’intervenir depuis la mer à partir de porte-avions alliés.

 

Rafale Marine ravitaillant un Rafale Air (© DASSAULT AVIATION)

Rafale Marine ravitaillant un Rafale Air (© DASSAULT AVIATION)

 

Les militaires français très enthousiastes

Une éventualité que la France, très désireuse de renforcer la défense européenne, propose aujourd’hui de transformer en réalité. Avec manifestement, au-delà de la volonté politique, un intérêt réel des militaires français qui y voient une vraie opportunité. « C’est une idée géniale », s’enthousiasme un haut gradé interrogé par Mer et Marine. « Nous coopérons de longue date avec les Belges et nous pourrions si une telle hypothèse voyait le jour aller encore plus loin en ayant la capacité de mettre en œuvre, sur le Charles de Gaulle, un groupe aérien mixte. En dehors de tels déploiements, les Rafale Marine belges pourraient remplir depuis des bases terrestres toutes les missions dévolues aux avions conventionnels ». A l’instar des Rafale Marine français, qui lorsqu’ils ne sont pas embarqués, participent avec leurs cousins de l’armée de l’Air à la défense aérienne du territoire, ou comme ce fut le cas en 2017 au Levant contre Daech, être engagés depuis la terre sur des théâtres d’opération extérieurs.

 

Rafale Marine sur le pont d'envol du Charles de Gaulle (© MARINE NATIONALE)

Rafale Marine sur le pont d'envol du Charles de Gaulle (© MARINE NATIONALE)

Rafale Marine intervenant contre Daech depuis la Jordanie en 2017 (© EMA)

Rafale Marine intervenant contre Daech depuis la Jordanie en 2017 (© EMA)

 

L’armée belge, l’une des plus actives d’Europe

Alors que Paris et Londres continuent, malgré le Brexit, de renforcer leur coopération militaire, avec comme objectif de pouvoir mettre en œuvre d’ici 2020 un corps expéditionnaire interarmées conjoint, une alliance nouvelle entre la France et la Belgique n’aurait rien d’anecdotique. Car les forces armées belges, si elles ne constituent pas la plus grande puissance militaire du continent, n’en demeurent pas moins remarquablement actives et sont reconnues pour leur professionnalisme. Malgré des capacités numériquement limitées, la Belgique a participé ces dernières années à de nombreuses opérations internationales, du Liban au Mali, en passant par l’engagement de ses F-16 contre Daech en 2015, année où le Leopold Ier, l’une des deux frégates de la marine belge, était aussi déployée avec le Charles de Gaulle pour lutter contre le groupe terroriste. Les militaires français et belges travaillent donc très régulièrement ensemble, s’apprécient et se respectent, car ils partagent une histoire faite de nombreuses similitudes et, il ne faut pas l’oublier, combattent côte à côte depuis plus d’un siècle.

 

La frégate Léopold Ier escortant le Charles de Gaulle fin 2015 (© MARINE BELGE)

La frégate Léopold Ier escortant le Charles de Gaulle fin 2015 (© MARINE BELGE)

 

Un atout pour la défense européenne

Renforcer la coopération avec l’un des pays de l’UE les plus actifs militairement et avec lequel de nombreuses vues géostratégiques sont partagées, présente un véritable intérêt pour la France, qui va bien au-delà de la simple vente d’avions. Car c’est aussi l’opportunité de relancer la défense européenne, au moment où les menaces ne font que croître et les anciennes alliances deviennent plus incertaines. Les atermoiements et revirements de l'administration Trump démontrent en effet que les Européens ne pourront pas forcément toujours compter sur les Etats-Unis pour les protéger. L’Allemagne, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la France, les Pays-Bas, le Portugal et le Royaume-Uni ont d’ailleurs signé le 25 juin l’acte de naissance de l’Initiative Européenne d’Intervention (IEI) qui devra permettre de conduire rapidement des opérations conjointes, militaires ou de secours aux populations. Une démarche qui se veut complémentaire à l’OTAN mais qui marque aussi une prise de conscience de ces enjeux et peut constituer la base d’une autonomie européenne sur le plan militaire.

Accéder à un outil dont seules les grandes puissances disposent

Dans ce contexte, la possibilité offerte à la Belgique d’acquérir des Rafale Marine et de pouvoir les opérer sur le Charles de Gaulle constituerait une avancée inédite en matière de coopération militaire européenne. Car la Belgique pourrait partager avec la France un outil de projection de puissance unique en Europe et, ainsi, accéder à une capacité dont seules les grandes puissances mondiales disposent. Sachant que la composante de combat du groupe aérien embarqué français est habituellement constituée de deux flottilles de 12 Rafale Marine chacune, avec la possibilité d’en ajouter une troisième en temps de guerre, les forces aériennes belges, si elles disposaient ne serait-ce que d’une dizaine d’avions de ce type, pourraient peser pour 30 à 50% de la puissance de feu du porte-avions français. Ce qui serait considérable et offrirait sur la scène internationale un poids nouveau, non seulement militaire, mais également politique et diplomatique.

 

Le Charles de Gaulle (© MARINE NATIONALE)

Le Charles de Gaulle (© MARINE NATIONALE)

Marine nationale