Divers
Raffineries: Blocus levé chez Total

Actualité

Raffineries: Blocus levé chez Total

Divers

Les piquets de grève sont levés progressivement depuis ce matin à Harfleur (Seine-Maritime), Donges (Loire-Atlantique), La Mède (Bouches-du-Rhône), Feyzin (Rhône) et Granpuits (Seine-et-Marne). Les salariés de ces raffineries du groupe Total avaient cessé le travail pour dénoncer les sanctions prises à l’encontre de quatre employés du site de La Mède. Ils avaient été jugés responsables d’une fuite de gasoil qui avait pollué la commune de Sausset-les-Pins le 7 août dernier. Tous ont fait l’objet d’une mise à pied de dix jours et trois d’entre eux seront mutés sur d’autres sites Total. La CGT demande toujours l’ouverture de négociations sur les conditions de travail et la sécurité, mais un accord a été conclu hier soir entre la direction et les syndicats. Les mesures disciplinaires seront maintenues avec une adaptation pour l’un des employés (qui sera muté à Marseille au lieu de Rouen). Après la fuite, le député-maire UMP de Sausset-les-Pins, Eric Diard, avait déposé plainte pour "non-respect du Code de l'environnement". Deux enquêtes avaient été diligentées à l'initiative de la raffinerie et de la DRIRE. La direction de La Mède a invoqué le non-respect des procédures habituelles. Hier matin, le président de Total, avait expliqué que l’enquête interne avait conclu à une faute professionnelle. Thierry Desmarest aurait alors qualifié la grève de "disproportionnée".
Les 6 raffineries françaises de Total ont une capacité de production quotidienne de plus d'un milliard de barils. La plus grande, celle d’Harfleur, produit chaque année 16 millions de tonnes d’hydrocarbures.