Construction Navale
Rauma Marine Constructions : La renaissance après STX

Reportage

Rauma Marine Constructions : La renaissance après STX

Construction Navale

C’est une véritable renaissance pour le chantier finlandais Rauma Marine Constructions. Il vient de signer sa troisième lettre d’intention en quelques semaines. Un ferry pour Tallink en octobre, quatre corvettes Squadron 2020 pour la marine finlandaise en décembre et un ferry Ice Class 1A au GNL pour Kvarken Link, qui va l’opérer entre Vaasa et Umeå.

 

Projet du futur ferry ice pour Kvarken Link (DROITS RESERVES)

Projet du futur ferry ice pour Kvarken Link (DROITS RESERVES)

 

Une belle série pour le chantier qui a bien failli s'éteindre en 2013, quand STX annonce la fermeture du site. « La construction navale à Rauma, c’est une vieille histoire qui a commencé au XVIème siècle. Le chantier actuel est l’héritier d’un site ouvert en 1945 : à l’époque la Finlande devait construire 600 ferries pour la Russie à titre de dommages de guerre. Et c’est là que tout a commencé pour notre chantier », raconte Jyrki Heinimaa, patron de Rauma Marine Constructions, rencontré le mois dernier en Finlande.

 

Le chantier au début des années 2010 (DROITS RESERVES)

Le chantier au début des années 2010 (DROITS RESERVES)

 

Pendant près de 70 ans, les chantiers Rauma Reppola et Hollming - fusionnés en 1991 pour devenir Finnyards, construisent des ferries et des navires spéciaux. « Nous avons construit des choses incroyables, comme les submersibles Mir I et II et le navire océanographique Akademik Mstislav Keldych, qui ont notamment travaillé sur le tournage du film Titanic, mais aussi le brise-glace scientifique sud-africain Agulhas qui s’apprête à partir à la recherche de l’Endurance d’Ernest Shackleton. Nous avons même participé au design du train italien Pendolino, nous nous sommes inspirés des trolls finlandais Moomin pour dessiner l’arrondi de la motrice. Mais notre cœur de métier, ce sont les ferries, les navires polaires et les brise-glaces ».

Racheté par le groupe norvégien Aker, il rejoint ensuite le groupe STX. Comme son voisin de Turku, le chantier finlandais ne résiste pas à la rationalisation du géant coréen. L’annonce tombe comme un couperet, Rauma va fermer, 600 employés licenciés. Mais les partenaires locaux réagissent, accompagnant des cadres du chantier qui veulent poursuivre l’activité. « Même lorsque la fermeture a été annoncée, notre téléphone a continué à sonner. Les clients voulaient toujours travailler avec nous. Alors la ville, propriétaire de notre terrain, a cherché des investisseurs locaux et, ensemble, nous avons racheté le chantier ». Rauma Marine Constructions voit le jour en 2014. 

Des travaux de modernisation, de réparation et puis en 2016, le contrat pour une construction neuve : le ferry Hammershus de la compagnie danoise Molslinjen. Il a été livré à l’heure, cet été, et a signé la renaissance du chantier. « Nous avons de belles perspectives désormais, c’est important pour notre territoire où il y a tellement de gens très qualifiés ».