Croisières et Voyages
RCCL fermerait ses bureaux en Europe continentale 

Actualité

RCCL fermerait ses bureaux en Europe continentale 

Croisières et Voyages

Le bruit court depuis une semaine. Le groupe américain Royal Carribean Cruises Ltd, numéro 2 mondial de la croisière, serait en passe de fermer l’ensemble de ses bureaux en Europe continentale, et ne conserverait qu’une implantation au Royaume-Uni. L’information n’est pour l’instant pas officiellement confirmée mais il n’y a évidemment pas de fumée sans feu. A ce stade, le groupe américain se contente d’évoquer un vaste projet de réorganisation de ses activités internationales : « RCCL a annoncé un projet de restructuration des activités internationales (à l’exception de la Chine) pour toutes les marques – Royal Caribbean International, Celebrity Cruises et Azamara – afin de mieux les soutenir et de cibler pour chacune les marchés prioritaires. Ce changement proposé permettrait à l’organisation internationale d’opérer chaque marque séparément sur tous les marchés. Ce système renforcerait les capacités des marques à tirer profit des progrès réalisés dans les domaines de la technologie et de la gestion des revenus mais aussi de suivre le rythme des changements dans la distribution et la manière dont les croisières sont vendues. De plus, l’organisation chercherait à centraliser plusieurs fonctions », explique RCCL, sans plus de détail pour le moment.

Il va donc y avoir du changement et à n’en pas douter des départs, réductions de voilure et très probablement des fermetures de bureaux. D’ailleurs, si rien n’est officialisé, on se prépare dans les bureaux européens de RCCL à faire ses cartons et certains cherchent déjà du travail ailleurs, preuve qu’un grand coup de serpe est en préparation. Ce ne serait pas une première pour RCCL, habitué des mesures soudaines et généralement assez radicales, dans un pur esprit de management à l’américaine. Rien qu'en France, le groupe avait fermé son bureau début 2002 après avoir licencié le personnel (17 personnes) fin 2001, pour le rouvrir en fanfare en 2011 avec 45 embauches et se restructurer seulement un an plus tard, entrainant le départ de la majeure partie de l'équipe. Sans oublier évidemment la fin de l'aventure Croisières de France, lancée en 2008 par RCCL et qui s'est après avoir été abandonnée aux mains de Pullmantur achevée il y a trois ans avec cette fois une trentaine de salariés à la porte. 

Reste maintenant à connaitre l’ampleur du nouveau plan de restructuration du groupe et si, effectivement, tous les bureaux d’Europe continentale sont touchés. L’armateur pourrait par exemple revenir au modèle des agents généraux dans chaque pays, et en fonction de ses marques, renforcer son action sur le web et profiter des nouvelles technologies pour gérer ses clients de manière plus « numérique ». Des dizaines d’employés risquent en tous cas de se retrouver sur le carreau et attendent que le couperet tombe. Le plus gros bureau de RCCL en Europe continentale, celui situé en Espagne, emploie 60 personnes, alors que son homologue allemand compte une grosse vingtaine de collaborateurs. En France, après une réduction drastique de voilure il y a quelques années, il ne reste plus aujourd’hui qu’une demi-douzaine de commerciaux. Pour l’Hexagone, RCI, Celebrity et Azamara escomptait un total de 26.000 passagers pour 2019, soit environ 5% du marché français. Certains acteurs de la profession estiment néanmoins que le groupe devrait, en réalité, faire moins de 20.000 passagers français cette année.  

 

Royal Caribbean