Croisières et Voyages
RCCL : Publication des résultats et commande de paquebots à la clé ?

Actualité

RCCL : Publication des résultats et commande de paquebots à la clé ?

Croisières et Voyages

Royal Carribean Cruises Ltd, numéro 2 mondial de la croisière, annoncera aujourd'hui ses résultats pour l'année 2007. Sur l'exercice précédent, le groupe américain avait transporté 3.6 millions de passagers et réalisé un chiffre d'affaires de 5.2 milliards de dollars pour un revenu net de 533 millions. La conférence de presse de Royal est d'autant plus attendue qu'elle pourrait être, comme ce fut déjà le cas par le passé, l'occasion pour la direction d'annoncer de nouvelles commandes. Les deux plus importantes filiales du groupe doivent, déjà, toucher sept paquebots d'ici 2011. Après l'Independence of the Seas (158.000 tonneaux), dont la livraison est prévue en avril, RCCL recevra en 2009 et 2010 les deux géants du projet Genesis (220.000 tonneaux). Ces trois paquebots seront livrés par Aker Yards, en Finlande. Les chantiers allemands Meyer Werft réaliseront, dans le même temps, les quatre Solstice (122.000 tonneaux) pour Celebrity, livrables entre fin 2008 et 2011. Ces unités permettront d'accroître la capacité du groupe à 96.950 lits, contre 71.150 aujourd'hui. Malgré les investissements très lourds associés à ces navires (environ 6 milliards de dollars), Royal doit non seulement prévoir l'augmentation de sa flotte pour contenir la concurrence mais, aussi, assurer le renouvellement de ses unités les plus anciennes.

Renouveler les unités les plus anciennes

Ainsi, chez RCCL, les trois Sovereign of the Seas, livrés par Saint-Nazaire entre 1988 et 1992, sont moins prisés par la clientèle, préférant des paquebots dotés de cabines avec balcon, ce dont ils étaient dépourvus à leur construction (Seules une soixantaine de suites en ont été pourvues par la suite). Le Sovereign sera donc basculé cette année chez Pullmantur, l'opérateur espagnol repris fin 2006 par Royal et dont les clients sont habitués à des paquebots à la moyenne d'âge plus élevée que ceux de RCCL. Il y rejoindra l'Empress of the Seas (1990), dont le transfert est prévu en mars, ainsi que l'ancien Zenith de Celebrity. D'autres mouvements de flotte devraient suivre. Ils permettront d'évacuer les anciennes unités vers les nouvelles filiales, pour lesquelles on ne sait pas encore si Royal compte investir dans des bateaux neufs. Quoiqu'il arrive, ces départs de RCCL et Celebrity devront, dans les prochaines années, être compensés. Les observateurs s'attendent donc à ce que le groupe américain passe de nouvelles commandes pour débuter le renouvellement de la partie la plus ancienne de sa flotte. Et, si ces contrats ne sont pas évoqués aujourd'hui, lors de la présentation des résultats annuels, il y a fort à parier qu'ils devraient l'être prochainement. Des discussions seraient actuellement engagées avec les différents chantiers européens capables de réaliser les futurs paquebots. A Saint-Nazaire, on espère, d'ailleurs, pouvoir renouer avec ce client historique. Après avoir construit huit paquebots pour RCCL, les ex-Chantiers de l'Atlantique avaient, en effet, perdu la confiance de l'armateur au début des années 2000. La rupture avait été consommée suite aux graves problèmes rencontrés sur les pods (moteurs électriques en nacelles) des Millennium, construits pour Celebrity. L'intégration de l'ancienne filiale marine d'Alstom au groupe Aker Yards et le changement de direction pourraient faciliter un retour en grâce auprès du géant américain de la croisière.
Toujours dans l'Hexagone, il conviendra de voir, également, quel sera le développement de la toute nouvelle filiale de Royal, Croisière de France, qui exploitera à partir à l'été son premier navire destiné au public francophone. Selon certaines rumeurs, le groupe pourrait, de plus, installer une agence en France, regroupant ses différentes marques.

Royal Caribbean