Défense
Recherche de la Minerve : le navire qui a retrouvé le San Juan prend la relève

Actualité

Recherche de la Minerve : le navire qui a retrouvé le San Juan prend la relève

Défense

Comme prévu, la campagne de recherche de l’épave du sous-marin Minerve débutée le 4 juillet entre dans une seconde phase. Après la mise en œuvre d’un robot sous-marin Astérix de l’Ifremer depuis l’Antea, un navire de l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD), c’est au tour d’un prestataire privé de prendre la relève. L’appel d’offres lancé par le ministère des Armées a été remporté par la société américaine Ocean Infinity, spécialisée dans les opérations hydrographiques et géophysiques. Comme l’ont relevé hier l’AFP et Var Matin, celle-ci a dépêché au large de Toulon le Seabed Constructor. Ce navire de 115 mètres de long pour 22 mètres de large, sorti en 2014 des chantiers norvégiens Kleven et initialement conçu pour l’offshore pétrolier, a été converti en plateforme de recherche sous-marine. Il dispose de sondeurs et peut mettre en œuvre une flotte de drones du type Hugin 6000. C’est lui qui avait retrouvé en novembre 2018 le sous-marin argentin San Juan, un an après sa disparition.

 

Drones 

Drones Hugin 6000 à bord du Seabed Constructor (© OCEAN INFINITY)

Drones 

Drones Hugin 6000 à bord du Seabed Constructor (© OCEAN INFINITY)

Le Seabed Constructor

Le Seabed Constructor (© OCEAN INFINITY)

 

Malgré le changement de moyens, la mission de recherche de la Minerve demeure dirigée par la marine française, via le Shom, dont une équipe est présente à bord du Seabed Constructor. Celui-ci devrait commercer à travailler au large du cap Sicié ce mercredi. Il s’appuiera sur les données recueillies par l’Ifremer, dont l’objectif était de réaliser avec son Astérix des relevés bathymétriques permettant de localiser des anomalies sur le fond marin. Ces sondages vont se poursuivre avec les drones d’Ocean Infinity, qui vont en plus de poursuivre le ratissage de la zone pouvoir investiguer visuellement toutes les anomalies détectées, dans l’espoir de retrouver l’épave du sous-marin français disparu en 1968 avec ses 52 membres d’équipage.

La durée de l’intervention du Seabed Constructor dépendra de ce qu’il pourrait être amené à trouver. Elle sera à minima de plusieurs jours, le contrat d’affrètement comprenant une tranche ferme et plusieurs tranches conditionnelles selon l’avancée des recherches.

- Voir notre article complet sur la campagne de recherche de la Minerve

 

Marine nationale