Vie Portuaire
Recyclage : Feu vert pour le développement du trafic de ferraille à Nantes

Actualité

Recyclage : Feu vert pour le développement du trafic de ferraille à Nantes

Vie Portuaire

A l'issue d'une enquête publique, le groupe AFM-CFF Recycling a reçu un avis favorable pour implanter à Cheviré, près de Nantes, une vaste plate-forme de recyclage de métaux. Les travaux vont donc bientôt pouvoir commencer pour permettre au site d'être opérationnel en 2009. AFM-CFF Recycling, qui s'étendra sur 3.5 hectares, prévoit d'investir 20 millions d'euros dans cette nouvelle unité, qui sera dotée d'un broyeur et devrait permettre de créer une quarantaine d'emplois. Produits métalliques, vieilles voitures et autres déchets électroménagers seront acheminés par camions et trains. Retraités, ils seront ensuite expédiés par voie maritime vers les hauts fourneaux asiatiques, turcs ou européens. « La demande mondiale est devenue très forte en raison du coût des matières premières. Dans le même temps, il y a un besoin d'évacuation de la ferraille et une poussée du recyclage dans les pays développés », explique Michel Quimbert, président du port autonome de Nantes Saint-Nazaire. Avant même l'installation du broyeur, le trafic de ferraille à Cheviré a débuté pour atteindre, l'an passé, quelques 100.000 tonnes. Le PANSN estime que la nouvelle unité de CFF permettra de faire rapidement grimper ce trafic à 200 ou 300.000 tonnes. « Pour nous, c'est considérable. Ce sont des petits trafics mais ils pont porteurs de valeur ajoutée et d'emplois », souligne le directeur du port, François Marendet.

GDE envisage d'exporter 240.000 tonnes par an au départ de Montoir

Outre CFF, un autre pôle de recyclage de ferraille est implanté à Montoir. Installée depuis 2003, la société GDE exporte les métaux vers l'Espagne, le Portugal, l'Italie ou encore le Maroc. Mis en service il y a près d'un an, son nouveau broyeur peut traiter 1400 tonnes de ferraille par jour, ce qui a permis de porter les exportations à environ 150.000 tonnes en 2007. A terme, GDE envisage un trafic de 240.000 tonnes au départ de Montoir. Pour y parvenir, les outillages ont été modernisés, permettant de charger un navire de 6000 tonnes en une journée. Avec cette amélioration de la manutention, la société envidage des chargements sur des bateaux nettement plus gros (13 à 15.000 tonnes), afin d'atteindre des zones plus lointaines.
De l'ordre de 40.000 tonnes en 2005, le trafic de ferraille lié au recyclage pourrait donc, au début des années 2010, atteindre voire dépasser les 500.000 tonnes.

Port de Nantes Saint-Nazaire